Politique

Le nouveau Premier ministre irakien élu Kadhemi, chef de renseignement avec des amis de tous les côtés

AFP

image

Le chef de renseignement Mustafa Kadhemi, le troisième candidat cette année au poste de chef de gouvernement irakien, a été nommé le 9 avril par le président Barham Saleh. [Photo via la page Facebook de Mustafa Kadhemi]

Le chef de renseignement Mustafa Kadhemi, troisième candidat cette année au poste de premier ministre irakien, est un opérateur pragmatique dont les liens avec Washington et Téhéran pourraient aider à guider Bagdad à travers de multiples crises.

Le chef du Service national du renseignement irakien (SNR) a été nommé jeudi 9 avril par le président Barham Saleh, lors d'une cérémonie à laquelle ont assisté des ministres, des rivaux politiques et même le représentant de l'ONU en Irak, indiquant un large soutien à cette figure énigmatique.

Né à Bagdad en 1967, Kadhemi a étudié le droit en Irak mais est ensuite parti en Europe pour échapper à l'ex-dictateur répressif Saddam Hussein, travaillant comme journaliste d'opposition.

Après le renversement de Saddam en 2003, Kadhemi est retourné pour aider à lancer le réseau des médias irakiens, archivé les crimes de l'ancien régime à la Fondation de la mémoire irakienne et a travaillé comme défenseur des droits de l'homme.

Mais il a fait un saut de carrière inhabituel en 2016, lorsque le Premier ministre d'alors, Haider al-Abbadi, l'a trié sur le volet pour diriger le SNR au plus fort de la guerre contre "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS).

C'est là, selon des sources proches de Kadhemi, qu'il a noué des liens particulièrement étroits avec les meilleurs joueurs de nations clés, notamment à Washington, Londres et plus près de chez lui.

"Il a un état d'esprit pragmatique, des relations avec tous les acteurs clés de la scène irakienne et de bons liens avec les Américains - et il a récemment pu remettre ses liens avec les Iraniens sur la bonne voie", a déclaré à l'AFP une source politique et un ami.

L'ancien journaliste a une amitié particulièrement étroite avec le prince héritier saoudien Mohammad Bin Salman.

Sur les images d'une visite à Riyad après sa nomination, le royal saoudien a été vu embrassant chaleureusement Kadhemi.

Mais l'homme rasé de près, ses cheveux taillés de près et teintés de blanc autour de ses oreilles, est resté pour la plupart dans l'ombre.

Un consensus 'sans précédent'

Kadhemi a été nommé premier ministre en 2018, mais les blocs politiques ont plutôt opté pour Adel Abdoul Mahdi - le Premier ministre intérimaire qui a démissionné en décembre après des mois de manifestations, et que Kadhemi remplacerait.

Le nom du chef de renseignement a recommencé à circuler il y a quelques mois en tant que candidat préféré de Barham Saleh, mais un conseiller politique proche des pourparlers a déclaré à l'AFP qu'il avait hésité à prendre le risque.

"Il ne voulait accepter que si cela allait être une chose sûre", a déclaré le conseiller, après avoir vu deux candidats - le député Adnan al-Zurfi et l'ancien ministre Mohammad Allawi - échouer devant lui.

Allaoui n'a pas pu réunir un cabinet avant son délai de 30 jours, tandis qu'al-Zurfi a abandonné son offre jeudi sous la pression des partis chiites proches de l'Iran, qui considéraient le législateur comme proche de Washington de manière inquiétante.

En janvier, ces mêmes factions avaient accusé Kadhemi d'être impliqué dans la frappe de drones américaine qui a tué le général iranien Qassem Soleimani et le commandant irakien Abou Mahdi al-Mouhandis à Bagdad.

Depuis lors, Kadhemi a travaillé avec le chef de cabinet influent du Premier ministre intérimaire, Mohammad al-Hashemi, pour rétablir les liens avec l'Iran et ses alliés en Irak, a déclaré à l'AFP le conseiller et un diplomate basé à Bagdad.

Les factions pro-Téhéran étant officiellement à bord, le conseiller a déclaré "qu'il existe désormais un consensus chiite sans précédent sur Kadhemi".

'Super négociateur'

Cela pourrait donner à Kadhemi de meilleures chances que les deux candidats avant lui, mais il fait toujours face à de nombreux défis.

L'économie irakienne vacille en raison de la chute des prix du pétrole et elle peine à contenir la propagation du nouveau coronavirus (COVID-19), qui a tué plus de 60 personnes dans le pays.

Les tensions entre Téhéran et Washington mijotent, et les États-Unis semblent prêts à prendre une position plus dure contre Bagdad, le considérant comme trop amical avec l'Iran.

Une personnalité comme Kadhemi pourrait avoir les bonnes relations pour guider l'Irak à travers ces crises, selon les observateurs.

"Kadhemi est un excellent négociateur et un joueur incroyablement astucieux", a déclaré Toby Dodge, directeur de l'École de Londres d'économie au Centre du Moyen-Orient.

Il a jusqu'au 9 mai pour consulter les partis irakiens divisés et soumettre sa composition ministérielle au Parlement de 329 membres.

"L'Irak court contre la montre - les enjeux ont augmenté beaucoup plus", a souligné Dodge.

"Si la candidature de Kadhemi tourne mal, elle a des ramifications bien plus importantes aux niveaux international et national, politique et économique que les deux autres personnages relativement mineurs", a-t-il dit à l'AFP.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)