NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

Un militant irakien assassiné à Bagdad

Par Faris al-Omran et l'AFP

image

Le militant irakien Salah al-Iraqi a été assassiné à Bagdad le 15 décembre par des inconnus armés. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Un militant irakien a été abattu dans l'est de Bagdad par des hommes armés masqués mardi soir, selon des sources médicales et de sécurité.

Il s'agit de la dernière d'une série d'attaques ciblées contre des dizaines de dirigeants des manifestations populaires en Irak qui sont imputées à de puissantes factions armées..

Salah al-Iraqi a été abattu cinq fois à la poitrine par des hommes armés qui roulaient dans un véhicule civil. Il se tenait près du petit magasin dans lequel il travaillait dans une rue commerçante animée du quartier de Bagdad al-Jadida, à l'est de la capitale.

Il est décédé à son arrivée à l'hôpital voisin de Sheikh Zayed.

image

Les funérailles de Salah al-Iraqi ont eu lieu à Najaf le 16 décembre. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Père de cinq enfants, al-Iraqi était bien connu pour son rôle actif dans les rassemblements qui ont éclaté dans la capitale irakienne et dans le sud à majorité chiite l'année dernière, qualifiant le gouvernement de corrompu, inefficace et dépendant de l'Iran voisin.

Il critiquait durement les milices soutenues par l'Iran en Irak et avait récemment reçu des menaces de mort, ont déclaré des amis aux médias locaux.

Le Réseau irakien pour les médias sociaux (INSM), un regroupement de militants qui ont rendu compte des manifestations et de leurs conséquences, a déclaré qu'al-Iraqi avait déjà été visé à deux reprises avant la fusillade de mardi.

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont partagé des vidéos des funérailles d'al-Iraqi tôt mercredi au cimetière de Wadi al-Salam à Najaf, au milieu d'une colère et d'une condamnation généralisées.

'Le droit à la vie'

Le Haut-commissariat indépendant aux droits de l'homme d'Irak a condamné l'assassinat et a appelé le gouvernement à agir pour mettre fin à ces crimes et demander des comptes aux responsables.

L'assassinat d'Al-Iraqi est « une autre violation du plus important des droits de l'homme : le droit à la vie », a déclaré le porte-parole de la commission Ali al-Bayati.

Cela viole également le droit d'exprimer son opinion et de manifester, des droits fondamentaux garantis par la constitution irakienne, a-t-il dit à Diyaruna.

Al-Iraqi est le dernier à rejoindre la liste des victimes d'assassinats dont les assassins sont toujours en liberté, bien que des équipes d'enquête aient été mises en place pour résoudre ces cas, a-t-il souligné.

Les attaques se poursuivront jusqu'à ce qu'il y ait « une action [du gouvernement] majeure pour retrouver et arrêter les auteurs et les traduire en justice », a affirmé al-Bayati.

Selon les chiffres officiels de la commission, plus de 60 tentatives d'assassinat contre des militants irakiens et des professionnels des médias ont eu lieu depuis que les manifestations ont éclaté l'année dernière.

L'assassinat d'al-Iraqi fait suite à l'enlèvement de l'activiste Abbas al-Taie, qui a été libéré lundi après avoir été détenu pendant deux jours par des hommes armés.

Al-Taie a été capturé lors d'une diffusion en direct sur les réseaux sociaux d'une manifestation sur la place Tahrir la semaine dernière.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500