Droits de l'Homme

Des ONG portent plainte en Allemagne contre des attaques chimiques syriennes

AFP

image

La caricaturiste syrienne Amani al-Ali montre un de ses dessins, représentant un président Bachar el-Assad nu couvrant le bas de son torse qui porte un symbole de danger d'armes chimiques, dans son studio à Idlib le 16 juin 2019. [Omar Haj Kadour/AFP]

Un groupe d'ONG a indiqué mardi 6 octobre avoir déposé une plainte au pénal en Allemagne accusant le régime du président Bachar el-Assad d'avoir utilisé des armes chimiques pendant le conflit qui dure depuis longtemps en Syrie.

Cette affaire, la première action en justice concernant l'utilisation présumée d'armes chimiques par Damas, a été déposée au nom des victimes de l'agent neurotoxique sarin en 2013 et 2017, selon une déclaration du Centre syrien pour les médias et la liberté d'expression (SCM).

Les attaques dans la Ghouta orientale et à Khan Sheikhun ont tué plus de 1 400 personnes, dont des enfants, a déclaré le SCM dans un communiqué.

« En rassemblant des preuves et en identifiant des témoins capables de fournir des témoignages aux procureurs, les plaignants visent à faire progresser l'arrestation et la poursuite des responsables syriens des attaques », a-t-il déclaré.

Le procureur fédéral allemand n'a pas pu immédiatement confirmer la réception de la plainte.

Le gouvernement syrien a été accusé à de nombreuses reprises d'utiliser des armes chimiques, des accusations qu'il nie.

Les pays membres de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ont voté en juillet pour prendre des mesures à l'égard d'une enquête qui, pour la première fois, attribuait à la Syrie la responsabilité des attaques au gaz neurotoxique.

La Syrie et la Russie ont rejeté les conclusions de l'enquête, déclarant que les attaques aux armes chimiques étaient truquées et accusant les puissances occidentales de politiser l'OIAC.

Plusieurs affaires pénales ont été lancées en Allemagne pour des crimes de guerre présumés en Syrie en vertu du principe de compétence universelle, qui permet à un pays étranger de lancer des poursuites pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

Un groupe de Syriens qui auraient été victimes ou témoins de viols et d'abus sexuels dans des centres de détention sous le gouvernement d'el-Assad avaient pour leur part déposé une plainte au pénal auprès des procureurs allemands en juin.

En avril, la première affaire judiciaire au monde concernant la torture menée par l'État et pratiquée par le gouvernement d'el-Assad s'est ouverte en Allemagne.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500