Droits de l'Homme

Des habitants déplacés de Khan Sheikhun célèbrent l'anniversaire d'une attaque au gaz

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Une fille de la ville d'Idlib de Khan Sheikhun qui a survécu à l'attaque chimique du 4 avril 2017 contre la ville. [Photo fournie par la défense civile syrienne]

Les militants syriens ont renouvelé samedi 4 avril leur appel à ce que le régime syrien soit tenu pour responsable du meurtre de civils syriens au cours de ses opérations militaires à l'occasion du troisième anniversaire d'une attaque meurtrière au gaz contre Khan Sheikhun.

L'attaque du 4 avril 2017, au cours de laquelle des projectiles de gaz sarin ont été tirés sur la ville de l'opposition dans la province d'Idlib, a tué 83 personnes, selon l'ONU.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a signalé 87 morts, dont plus de 30 enfants.

Des militants ont organisé des manifestations dans de nombreux quartiers d'Idlib à l'occasion du troisième anniversaire de l'attaque, a déclaré à Diyaruna le militant d'Idlib, Haisam al-Idlibi.

En plus des morts, a-t-il noté, 500 autres personnes ont souffert de l'inhalation de gaz toxiques, ce qui a provoqué des symptômes tels que des problèmes respiratoires, des vomissements, des évanouissements et une formation de mousse à la bouche.

"Les manifestants ont renouvelé leur appel pour que le régime syrien soit tenu responsable de la réalisation de l'attaque et d'autres attaques de même nature qui ont également été documentées ", a indiqué al-Idlibi.

Il a noté que les enquêteurs de l'ONU avaient déterminé que du gaz sarin, qui est interdit au niveau international, avait été utilisé dans l'attaque.

Al-Idlibi a déclaré que les manifestants ont également blâmé la Russie pour son rôle dans le soutien au régime syrien - prenant part aux opérations militaires et tentant de couvrir la responsabilité du régime d'avoir commis ces crimes.

Des militants syriens ont documenté 221 attaques chimiques menées contre des civils de 2012 à 2019 par les forces du régime et leurs alliés, a-t-il fait savoir.

Ils affirment que ces actes ont causé la mort de 1 460 victimes nommées, dont 185 enfants et 252 femmes, et environ 10 000 autres blessés.

Khan Sheikhun est maintenant sous le contrôle du régime syrien et de ses alliés, a déclaré al-Idlibi, notant que les forces de l'opposition s'y sont retirées il y a quelque temps, après de violents combats dans les zones rurales d'Idlib.

Cela a empêché les civils d'aller visiter les tombes des personnes tuées le jour de l'anniversaire de l'attaque de 2017, a-t-il dit, ajoutant que cela ne les empêchait pas de se souvenir des morts ou d'appeler à la responsabilité du régime.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)