https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/03/18/feature-01

Sécurité |

Meilleure expérience et importantes victoires des forces irakiennes

Khalid al-Taie

image

Les forces spéciales irakiennes lors d'une opération de sécurité visant les repaires de l'EIIS dans les montagnes de Makhoul en novembre 2019. [Photo fournie par les forces spéciales irakiennes]

L'état de préparation opérationnelle des forces de sécurité irakiennes (FSI) ne cesse de s'améliorer, comme le montrent les récentes opérations de sécurité visant les cellules dormantes de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) dans les monts Hamrin, indiquent les observateurs.

Depuis le début de l'année, les FSI ont mené une série d'opérations ciblant des éléments de l'EIIS, qui ont permis d'engranger des résultats significatifs contre le groupe terroriste.

L'opération « Heroes of Iraq » du 12 au 14 février visait l'EIIS dans la province de l'Anbar. Cette opération « cent pour 100 irakienne » était vue comme un test important pour les forces irakiennes afin de démontrer leurs capacités de combat.

Elle a été suivie par l'opération « Sharp Sword », lancée le 2 mars destinée à frapper les éléments restants de l'EIIS cachés dans la zone occidentale d'al-Jazeera, située entre les provinces de l'Anbar, de Salaheddine et de Ninive.

image

Des unités militaires irakiennes sécurisent les monts Hamrin et les zones avoisinantes contre les restes de l'EIIS en décembre dernier. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Des membres des forces d'élite aéroportées ont également mené des missions intensives dans la chaîne des monts Hamrin, qui s'étend de la province de Diyala, à la frontière de l'Iran, jusqu'au sud de Mossoul.

Amélioration des performances des FSI

Les forces du Service antiterroriste (CTS) irakien ont mené des opérations sur la base de renseignements visant les repaires ennemis depuis la mi-février, a rapporté à Diyaruna le porte-parole du CTS, Sabah al-Numan.

Les forces du CTS ont abattu des dizaines de terroristes qui se cachaient dans les monts Hamrin, à al-Khanouka, à Makhoul, à Atshana et à Makhmour, et ont détruit des tunnels et des dépôts d'armes, de munitions et de matériel, a-t-il précisé.

Ces opérations préventives ont sapé l'activité des éléments de l'EIIS, contrecarré leur programme terroriste et leur ont coupé l'herbe sous le pied, a déclaré al-Numan.

Les terroristes qui se cachent dans ce terrain accidenté pensaient ne pas pouvoir être pris pour cible, a-t-il ajouté. « Mais nos forces ont réussi à lancer des attaques surprises et contrecarrer leurs plans visant à faire des collines et des montagnes des refuges sûrs. »

« Nos opérations sont menées sur la base de renseignements précis, et nous continuerons à entraver et à limiter les déplacement des éléments ennemis et à les empêcher de s'étendre et de menacer la sécurité des villes libérées », a-t-il déclaré.

Les résultats des FSI s'améliorent constamment, a indiqué l'analyste de sécurité Haitham al-Khazaali.

Ce type de progrès « ne peut se mesurer qu'à l'aulne de la seule préparation militaire ; il doit également l'être par la capacité réelle des troupes à affronter l'ennemi dans des environnements géographiquement complexes et à garder le contrôle du terrain », a-t-il expliqué à Diyaruna.

Les monts Hamrin dans Diyala sont uniques du point de vue de la sécurité, car ils sont reliés au nord aux hauts plateaux qui s'étendent sur trois provinces : Salahaddine, Kirkouk et Ninive.

À l'ouest, ils touchent le désert de l'Anbar et la vallée d'Horan, à al-Qathf, à al-Badia et la frontière occidentale du pays, a indiqué al-Khazaali.

« Les terroristes, en particulier ceux qui viennent de Syrie, considèrent ces hauts plateaux comme un couloir stratégique et un refuge contre la surveillance et les opérations de sécurité [...] car ils regorgent de caches naturelles », a-t-il déclaré.

Les éléments de l'EIIS s'y déplacent « sous le couvert de la nuit et en groupes de 25 combattants au maximum », a-t-il précisé.

Victoires importantes

Al-Khazaali a prévenu que vaincre les terroristes dans ces régions sera « très difficile ».

« Toutefois, nos forces qui ont acquis des compétences lors de batailles précédentes ont remporté des victoires importantes qui reflètent les progrès qui ont été réalisés », a-t-il déclaré.

Les FSI sont maintenant bien plus en mesure de relever ce défi et de porter plusieurs coups très durs à l'ennemi, a-t-il déclaré, « mais elles ont encore un besoin urgent de couverture aérienne et de renforcement de leurs capacités en entraînement et en armement ».

Une évaluation reprise en écho par l'expert en stratégie Ahmed al-Sharifi.

« Les forces irakiennes disposent maintenant de compétences de combat avancées qui ont été perfectionnées au cours des dernières années », a-t-il déclaré à Diyaruna.

« Les missions de sécurité qui paraissent autrefois impossibles ou difficiles à mener dans les régions montagneuses et désertiques sont désormais possibles pour nos forces, qui peuvent les mener à bien », a-t-il poursuivi.

« C'est ce qu'ont montré une série de victoires récentes à Hamrin, dans les monts d'al-Sharqat, à Ninive et dans le désert de l'Anbar. »

« Ces succès nous rendent fiers », a-t-il déclaré. « Mais ils ne signifient pas pour autant que les forces internationales de la coalition ne sont plus nécessaires, car leur rôle et leur présence sont toujours essentiels. »

« Nous avons besoin de leur soutien aérien et logistique et de leur couverture radar et satellite, ainsi que de leur formation, leur armement et leur expertise technique et opérationnelle. »

Al-Sharifi a appelé à favoriser l'indépendance des agences militaires et de sécurité irakiennes et à « les protéger contre les frictions et les interférences politiques, afin qu'elles puissent remplir correctement leur rôle et leur mission de protection du pays ».

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire