https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/11/13/feature-02

×
×
Manifestations |

Daraa manifeste contre l'influence iranienne grandissante

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les manifestants de Daraa brandissent des slogans dénonçant la présence de l'Iran et les agissements du régime syrien, lors d'une manifestation dans cette province du sud du pays. [Photo extraite de la page Facebook de la Horan Free League]

Des manifestations ont été organisées dans plusieurs parties de la province de Daraa, dans le sud de la Syrie, pour dénoncer les agissements du régime syrien et la présence iranienne croissante dans la région, a indiqué un militant local.

Ces manifestations ont été organisées en réponse à l'implantation du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) dans les zones contrôlées par le régime syrien, et que ce régime a favorisé, a expliqué à Diyaruna le militant de Daraa Jumaa al-Masalma.

Les habitants de Daraa rejettent la présence iranienne, a-t-il déclaré.

Les manifestants ont brandi des slogans dénonçant les agissements du régime syrien à Daraa, en particulier l'arrestation aléatoire de jeunes hommes.

image

À Daraa, des manifestants brandissent des pancartes dénonçant le Hezbollah libanais lors d'une manifestation organisée dans la province. [Photo extraite de la page Facebook de la Horan Free League]

Ils ont également exprimé leur colère face à la propagation des milices et des institutions liées au CGRI, qui tentent d'étendre l'influence iranienne dans la région avec le soutien des forces du régime syrien, a-t-il poursuivi.

Ces institutions ont facilité les opérations de recrutement en profitant de la situation économique difficile que connaissent les habitants, a-t-il ajouté.

Elles cherchent à gagner en influence et à retourner l'opinion publique en leur faveur en distribuant une aide mensuelle, a-t-il précisé.

Appels pour la libération de prisonniers

Les manifestants ont appelé à la libération des prisonniers politiques, a indiqué al-Masalma.

Ils ont exprimé leur rejet de la politique du régime à Daraa, notamment une forte répression sécuritaire, l'absence d'aide au développement et le manque d'emplois, en dépit des promesses du régime de s'en occuper.

Al-Maslama a souligné que le nombre d'habitants de Daraa arrêtés par le régime se compte désormais par milliers.

Certains rapports laissent entendre que plusieurs ont été soumis à la torture dans les prisons du régime, où les conditions d'incarcération sont mauvaises et les maladies nombreuses, a-t-il indiqué.

Les récentes campagnes hostiles au régime dans cette région du sud ont comporté la distribution et le collage d'affiches sur les murs dans les espaces publics, a-t-il ajouté.

Elles dénoncent le régime syrien et appellent à mettre un terme à la présence et à l'hégémonie militaire iranienne.

Il y a eu une série de récentes attaques contre les forces du régime syrien, a-t-il ajouté, dont la dernière en date contre un poste de contrôle à Um al-Mayathen et Gharz dans la campagne de ​​Daraa a fait trois morts parmi les soldats du régime et en a blessé plusieurs autres.

Les attaques précédentes avaient visé des points de contrôle fixes, où les cartes d'identité sont inspectées et où des jeunes sont souvent arrêtés, même s'ils sont couverts par le pardon stipulé dans cet accord de réconciliation.

Aimez-vous cet article?
1
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha