Sécurité

Un responsable du Hezbollah assassiné dans une zone rurale de Daraa

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les habitants de Daraa participent à une manifestation nocturne en refusant la présence et les actions du régime syrien et de ses alliés. [Photo via Horan Free League]

Un groupe armé non identifié a assassiné un responsable du Hezbollah dans la ville syrienne de Daraa alors que les tensions continuent de monter dans la province du sud, a déclaré un militant local.

Des manifestants sont descendus dans les rues de la province de Daraa pour rejeter la présence croissante du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien et de ses affiliés et les actions des services de sécurité du régime syrien.

Le responsable du Hezbollah, identifié comme Ahmed al-Nakhlawi, a été tué à Tafas dans la campagne de Daraa, a déclaré à Diyaruna le militant local Jumaa al-Massalma.

Al-Nakhlawi, spécialisé dans les opérations de recrutement, était l'un des responsables les plus éminents du Hezbollah dans la région de Daraa et dans le sud de la Syrie, a-t-il déclaré.

image

Des graffitis peints sur un mur à Daraa le 6 décembre dénoncent l'implication de l'Iran à Daraa. [Photo via Horan Free League]

L'attaque survient alors que la région connaît une recrudescence de la violence dirigée contre le régime syrien et ses alliés, avec des attaques récurrentes contre les positions et les points de contrôle du régime, a indiqué al-Massalma.

Climat de violence

Une récente attaque contre les forces du régime syrien à l'entrée du village d'al-Kharba, dans le nord de la campagne de Daraa, a fait plusieurs morts et blessés dans les rangs du régime, a-t-il dit.

Les hommes armés ont réussi à s'échapper mais ont ensuite été arrêtés, a-t-il ajouté.

Dans un autre incident, quatre officiers du régime ont été assassinés fin novembre, dont deux officiers supérieurs en poste à Daraa, a indiqué al-Massalma.

Les habitants de Daraa sont dans un état d'agitation constant, a-t-il dit, et la tension monte contre les actions du régime syrien et de ses branches de sécurité, qui comprennent l'enlèvement, les arrestations arbitraires et le harcèlement.

Un soldat syrien a récemment été enlevé dans la ville d'al-Sanamayn pour être échangé contre des jeunes détenus par les branches de sécurité du régime, a-t-il déclaré.

L'augmentation des tensions à Daraa peut également être attribuée aux mains libres des milices affiliées au CGRI qui ont été autorisées à opérer dans la région, où elles tentent d'étendre leur présence et d'établir des bases et des points de contrôle, a-t-il noté.

Les habitants locaux rejettent ces mouvements et cette présence, a-t-il dit, notant que les manifestations ont lieu presque tous les jours, des manifestants brandissant des pancartes dénonçant à la fois les forces du régime et les milices liées au CGRI.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)