NOUVELLES D’IRAK
Sécurité

Répression sécuritaire à Bassorah après les assassinats de militants

Par Faris al-Omran

image

Le Premier ministre Mustafa Kadhemi, le ministre de l'Intérieur Othman al-Ghanimi et d'autres responsables se rencontrent dans la province de Bassorah le 22 août. [Photo fournie par le Bureau des médias du premier ministre]

Dimanche 23 août, les forces irakiennes ont lancé une campagne de sécurité à grande échelle pour retrouver les personnes recherchées par les autorités judiciaires de Bassorah après une série d'assassinats visant des militants dans la province.

Plus de 200 suspects ont été arrêtés à ce jour, a déclaré un responsable local à Diyaruna.

Des hommes armés inconnus ont tué la semaine dernière deux militants de premier plan impliqués dans des manifestations à Bassorah - Riham Yaaqub et Tahseen Usama al-Shahmani - tandis que cinq autres militants ont survécu à des tentatives d'assassinat.

Les meurtres "sont une violation que nous ne pouvons tolérer", a déclaré le Premier ministre Mustafa Kadhemi, dans une rencontre avec les responsables de la sécurité lors d'une visite samedi à Bassorah.

image

Des soldats irakiens mènent une campagne dans la province de Bassorah le 6 mars à la recherche de suspects recherchés par les autorités. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

« Il y a des groupes hors-la-loi qui tentent de terroriser la population de Bassorah depuis un certain temps », a-t-il dit, ajoutant que ces groupes constituent une menace « pour tous les Irakiens ».

Il a exhorté les forces de sécurité à travailler par tous les moyens « pour assurer la sécurité de la population de Bassorah et pour découvrir les criminels le plus rapidement possible ».

Les récentes violences à Bassorah mettent en évidence la « présence d'armes illégales non réglementées par l'État », a déclaré à Diyaruna un membre du conseil provincial de Bassorah Ali Shaddad al-Faris.

La violence a contribué à la détérioration de la sécurité, des conditions économiques et sociales à Bassorah, a-t-il indiqué, incitant les habitants en colère à revenir manifester dans les rues au milieu d'une augmentation des infections au nouveau coronavirus (COVID-19).

Arrestations multiples

La campagne de sécurité a débuté après la visite de Kadhemi samedi dans la province de Bassorah et la visite du ministre de l'Intérieur Othman al-Ghanimi le 20 août.

Les forces de sécurité effectuent des perquisitions et des raids dans différentes parties de la province à la recherche de criminels recherchés pour être jugés, a déclaré al-Faris.

Ces efforts ont jusqu'à présent abouti à « l'arrestation de 200 personnes recherchées avec des mandats d'arrêt délivrés par les autorités judiciaires pour divers crimes », a-t-il fait savoir.

« L'exécution des mandats d'arrêt est la tâche principale des forces de sécurité et une partie importante de leurs responsabilités », a-t-il ajouté.

Il y a environ « 5 000 mandats d'arrêt contre des personnes recherchées qui sont toujours en liberté », a-t-il dit, ajoutant que « cela n'a pas de sens qu'ils devraient échapper à la responsabilité et ne pas recevoir de punition juste ».

Les habitants de Bassorah se sont déclarés satisfaits des efforts récents pour retrouver tous les fugitifs de la justice, a-t-il dit, et ont de plus en plus coopéré avec l'armée, la police et les forces de renseignement à cet égard.

Ils gardent espoir que les forces de sécurité annonceront bientôt les résultats de leurs enquêtes sur le ciblage d'activistes, a ajouté al-Faris.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500