Terrorisme

Des roquettes ciblent les intérêts américains en Irak malgré les arrestations  

AFP

image

Une photo prise le 27 février montre le bâtiment du Parlement dans la zone verte de Bagdad. [Sabah Arar / AFP]  

Samedi 4 juillet, deux attaques à la roquette ont visé des bâtiments diplomatiques et militaires américains, ont annoncé dimanche les forces de sécurité irakiennes, un peu plus d'une semaine depuis que des arrestations sans précédent ont empêché un incident similaire.

Depuis octobre, les diplomates et les troupes américaines à travers l'Irak ont été la cible d'environ trois dizaines d'attaques de missiles que Washington a imputées aux factions armées pro-iraniennes.

Dans la première mesure du genre, les troupes d'élite irakiennes ont arrêté fin juin plus d'une douzaine de combattants soutenus par Téhéran qui planifiaient une nouvelle attaque contre la zone verte de Bagdad, qui abrite la mission diplomatique américaine et d'autres ambassades étrangères.

Les responsables du gouvernement irakien ont déclaré que le raid servirait de "message" pour dissuader les futures attaques, mais tôt dimanche, les militants ont fait une autre tentative.

Une roquette tirée sur la zone verte a atterri près d'une maison, blessant un enfant, selon l'armée irakienne.

"En même temps, nos forces ont réussi à déjouer une autre attaque et à saisir une roquette et un lanceur de Katyusha qui visaient la base de Taji au nord de Bagdad", où sont basées les troupes de la coalition dirigée par les États-Unis, a-t-il ajouté.

Les tentatives ont eu lieu quelques heures seulement après que l'ambassade américaine a testé un nouveau système de défense contre les roquettes connu sous le nom de C-RAM, selon une source de sécurité irakienne.

Le C-RAM, mis en place plus tôt cette année à l'ambassade, recherche les projectiles entrants et les explose en l'air en les ciblant avec plusieurs milliers de balles par minute.

Les États-Unis 'applaudissent' les arrestations

Les États-Unis attribuent les attaques au Kataib Hezbollah, une faction soutenue par Téhéran au sein d'un réseau d'unités armées parrainé par l'état et connu sous le nom de Forces de mobilisation populaire (FMP).

Washington a demandé aux autorités irakiennes d'être plus sévères avec le groupe. Les forces locales ont longtemps hésité, craignant qu'une action directe contre un acteur aussi puissant risque des affrontements plus larges.

Mais le mois dernier, les forces de sécurité de l'État ont mené le premier raid de ce type contre une base du Kataib Hezbollah aux confins de Bagdad, saisissant des roquettes et arrêtant 14 combattants qui auraient planifié une attaque contre la zone verte. En quelques jours, tous les combattants sauf un ont été libérés.

Ces arrestations ont été saluées par le secrétaire d'État américain Mike Pompeo, qui a déclaré que les groupes voyous sont "le plus grand obstacle à une aide supplémentaire ou à des investissements économiques" pour l'Irak.

"Les actions de Bagdad sont un pas dans la bonne direction et nous les applaudissons", a-t-il déclaré la semaine dernière.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)