Sécurité

Les premiers raids russes en 3 mois frappent le nord-ouest de la Syrie

AFP

image

Une photo prise le 5 mars montrant une explosion suite aux frappes aériennes russes sur le village d'al-Bara dans la partie sud de la province d'Idlib. [Omar Haj Kadour/AFP]

Les raids aériens russes ont frappé le dernier bastion de l'opposition en Syrie pour la première fois depuis l'entrée en vigueur en mars d'un cessez-le-feu , a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme mercredi 3 juin.

Les raids qui ont eu lieu mardi soir et mercredi à l'aube ont frappé une zone au nord-ouest où les frontière des provinces de Hama, Idlib et Lattaquié se rencontrent, a indiqué l'Observatoire.

Tahrir al-Sham et ses alliés extrémistes ont une importante présence dans la zone.

L'Observatoire a affirmé que les dernières frappes avaient pour but de pousser les extrémistes loin de la route principale M4 au nord de la Syrie, où les forces turques et russes mènent souvent des patrouilles aux termes d'un accord.

Elles étaient destinées à pousser Tahrir al-Sham et ses alliés plus loin de la zone de Sahl al-Ghab au nord de la province de Hama, où les forces du régime syrien et russes sont présentes, a-t-il ajouté.

Les frappes aériennes ont provoqué une nouvelle vague de déplacement de Sahl al-Ghab et le district de Jabal al-Zawiya d'Idlib voisine, a indiqué l'Observatoire.

Près de trois millions de personnes vivant dans la région d'Idlib ont été déplacées d'autres parties de la Syrie reconquises par le régime.

Après avoir tenu à peine un cinquième du pays il y a cinq ans, l'intervention russe a aidé le régime à reprendre contrôle de plus de 70% de la Syrie.

Au nord-ouest de la Syrie, Tahrir al-Sham et ses alliés contrôlent environ la moitié de la province d'Idlib et des parcelles de territoire dans les provinces voisines de Hama, Lattaquié et Alep.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)