Terrorisme

Colère à Idlib à cause du retour d'Al-Hesba de Tahrir al-Sham

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Un véhicule appartenant à l'appareil nouvellement réactivé de Tahrir al-Sham patrouille dans le nord-ouest de la Syrie. [Photo fournie par l'Observatoire des actualités du sud rural d'Alep]

Tahrir al-Sham a réactivé son appareil al-hesba ("police religieuse") à Idlib, imposant une liste de règles et d'activités interdites qui restreignent les libertés des civils et lui permettent de réprimer ses opposants, a déclaré un militant syrien.

Cette décision a déclenché une vague de colère parmi les habitants de la région d'Idlib qui vivent dans des zones contrôlées par l'alliance extrémiste, a indiqué le militant d'Idlib Mussab Assaf.

Tahrir al-Sham avait précédemment déployé des équipes d'al-hesba - connues sous le nom de Sawaed al-Khair - dans la région d'Idlib, mais elles étaient profondément impopulaires auprès de la population locale et le groupe a finalement cessé de les utiliser, a-t-il déclaré à Diyaruna.

Maintenant, ils ont été ramenés sous le nom de "Centre Al-Falah pour la promotion de la vertu et la prévention du vice", a-t-il dit, et ont commencé à patrouiller dans les rues et les quartiers de la province.

image

Des éléments de Tahrir al-Sham assistent à une classe religieuse dans la région syrienne d'Idlib. [Photo via la campagne 'Tirez sur une flèche avec eux']

"Les éléments actuels et anciens d'al-hesbasont les mêmes personnes", a-t-il noté, les décrivant comme" des éléments purs et durs de Tahrir al-Sham de diverses nationalités, connus pour leur fanatisme et leur intolérance".

Ils avaient auparavant acquis la réputation de terroriser les résidents par des coups, des flagellations et des détentions arbitraires, a fait savoir Assaf.

Les résidents s'irritent des restrictions

Tahrir al-Sham a diffusé une liste des activités interdites qui seront appliquées par ses équipes al-hesba nouvellement réactivées, qui poursuivront activement les contrevenants, a-t-il déclaré.

La liste des activités interdites comprend une interdiction totale du mélange des sexes, en particulier dans les restaurants et les bureaux, ainsi qu'une interdiction de la présence de vendeurs masculins dans les magasins pour femmes, et vice versa.

Il est interdit aux femmes d'entrer dans un magasin en présence d'un homme, sauf si elles sont accompagnées d'un mahram (tuteur masculin).

Parmi les autres activités interdites figurent "fumer la chicha en public, la mixité des élèves dans les écoles, les collèges et les universités et utiliser des photographies et des affiches dans les magasins".

Les jeunes seront également tenus responsables de la façon dont ils se sont coupés les cheveux.

Assaf a déclaré que les civils à Idlib refusent de coopérer avec les équipes al-hesba de Tahrir al-Sham, car ils les considèrent comme imposant des restrictions à leurs libertés personnelles.

Ils croient également que l'alliance extrémiste utilise l'appareil pour réprimer ceux qui s'opposent à ses actions, ce qui dépasse la portée de son objectif déclaré.

Ces dernières semaines, a déclaré Assaf, Tahrir al-Sham a renforcé sa visibilité dans la région en menant des activités promotionnelles et des cours religieux supplémentaires pour ses éléments et pour les jeunes locaux.

Cela fait partie d'une tentative de réaffirmer sa présence et son contrôle dans la région, en réponse au nombre croissant de protestations populaires contre la politique qu'elle met en œuvre dans la région d'Idlib, a-t-il déclaré.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)