Terrorisme

Les milices alliées à l'Iran mettent toutes les milices des FMP en danger  

Par Hassan al-Obeidi à Bagdad

image

Les milices soutenues par l'Iran à Nadjaf organisent un cortège funèbre pour les combattants tués en Syrie en septembre 2017. [Archive]

Le ressentiment augmente dans les cercles religieux et populaires du sud de l'Irak à propos de l'utilisation continue par l'Iran des milices des Forces de mobilisation populaire (FMP) pour étendre son influence et cibler les intérêts américains, ont déclaré des politiciens et des observateurs irakiens.

Cela reflète une scission au sein des FMP, entre les milices qui suivent le gouvernement irakien et l'autorité religieuse à Nadjaf, et celles qui sont fidèles à l'Iran et au Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI).

Les FMP ont été fondées sur la base d'une fatwa émise en juin 2014 par la plus haute autorité chiite irakienne, Ali al-Sistani, a déclaré Hussein Mohammed al-Kazemi, expert en affaires religieuses dans la ville de Nadjaf.

La fatwa d'Al-Sistani a appelé les Irakiens à faire face à l'expansion rapide de "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS), a-t-il dit à Diyaruna.

image

Des Irakiens sont vus lors de cortèges funèbres en septembre 2017 dans la province de Nadjaf pour des miliciens tués en Syrie. [Archive]

Mais les milices irakiennes alignées sur le CGRI opérant dans le cadre des FMP ont ensuite profité de leur participation à la guerre contre l'EIIS pour renforcer leur influence et leur autorité en Irak, a déclaré al-Kazemi.

Suite au décès, en janvier, du commandant de la Force Qods du CGRI, Qassem Soleimani, une fracture entre les milices des FMP a commencé à se creuser.

Les milices d'Al-Atabat al-Moqadassa, dont les combattants sont originaires de Nadjaf et de Karbala, ont récemment rompu leurs liens avec les FMP dans le but de se distancier des milices soutenues par l'Iran qui suivent le chef suprême de l'Iran Ali Khamenei, a-t-il déclaré.

Depuis, ils ont été absorbés par les forces irakiennes.

Rejeter l'influence de l'Iran

Les groupes paramilitaires d'Al-Atabat al-Muqadassa "refusent d'être plongés dans une confrontation perdante avec les États-Unis au profit de l'Iran sur le territoire irakien, où les seuls perdants seraient l'Irak et le peuple irakien", a indiqué al-Kazemi.

Il y a une vague de ressentiment à Nadjaf et à Karbala qu'une grande partie des FMP "a été transformée en un outil politique armé iranien pour affronter les États-Unis, même si tout le monde sait que c'est une proposition perdante", a-t-il noté.

Il a souligné la réponse américaine au bombardement, à la mi-mars, de la base aérienne de Tajiau nord de Bagdad, où étaient stationnées les forces américaines et britanniques, qui a visé cinq installations d'armes exploitées par le Kataib Hezbollah soutenu par l'Iran.

L'incident de Taji a clairement montré que l'Iran a utilisé les milices qu'il soutient pour servir ses propres intérêts, et non ceux de l'Irak, a-t-il dit.

Ces milices suivent les ordres directs de l'Iran, alors quand l'Iran a voulu aggraver la situation en Irak, ils l'ont intensifiée, a déclaré à Diyaruna le futur président du Parti constitutionnel irakien, Entifadh Qanbar.

Les milices soutenues par l'Iran ont pris pour cible l'ambassade américaine, les bases hébergeant les forces américaines et les entreprises américaines opérant à Bassorah et à Bagdad, a-t-il noté.

"Aujourd'hui, Téhéran essaie de conclure un accord et d'engager des négociations avec les États-Unis alors qu'il cherche à faire des concessions", a-t-il fait savoir.

Le régime iranien utilise les milices en Irak comme carte politique, a-t-il ajouté, et les abandonnera s'il parvient à un accord avec les États-Unis.

Divisions au sein des FMP

Les attaques contre les États-Unis et les cibles de la coalition menées par des milices soutenues par l'Iran "entraîneront des pertes politiques, financières et économiques pour l'Irak", a déclaré à Diyaruna le membre du courant civil irakien Hossam al-Saffar.

Ces milices savent très bien qu'elles "perdraient une confrontation avec les États-Unis, et il n'y a même pas 1% de chances de victoire", a-t-il dit, notant que les dirigeants de certaines milices des FMP "ont accepté de jeter leurs combattants dans le feu au profit de l'Iran".

Il a souligné que les FMP sont divisées entre des groupes comme al-Atabat al-Moqadassa, qui suivent les ordres du gouvernement irakien et de l'autorité religieuse de Nadjaf, et ceux qui sont fidèles à l'Iran.

Ces derniers groupes "ont été exposés aux Irakiens comme des outils iraniens", a déclaré al-Saffar.

C'est pourquoi, lorsque les États-Unis ont ciblé les sites d'armes, "la majorité des Irakiens ont soutenu la frappe, et l'ont considérée comme une étape importante vers la fin du pouvoir exercé par les milices qui menacent l'autorité de l'État et de la loi", a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500