https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/02/20/feature-02

×
×
Société |

Les habitants de Deir Ezzor dénoncent la négligence du régime

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Un vieil homme cherche quelque chose d'utile dans un tas d'ordures dans une rue de Deir Ezzor. [Photo de Furat Post]

Les habitants de Deir Ezzor dans certaines parties de la province sous le contrôle du régime syrien et les milices affiliées au Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iraniens font face à des difficultés croissantes, ont déclaré des activistes locaux.

Les institutions gouvernementales syriennes n'ont apporté aucune amélioration dans les zones de la province orientale qu'elles ont repris, malgré les promesses faites à l'époque, a déclaré à Diyaruna le militant Ammar Saleh.

Tout ce qui se passe est la poursuite de la prolifération des milices affiliées au CGRI et la réhabilitation des zones qu'elles occupent, afin de fournir des logements aux miliciens et de transformer certaines maisons privées en postes militaires, a-t-il dit.

Les décombres des maisons et autres bâtiments détruits lors des combats avec "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) n'ont toujours pas été enlevés, a noté Saleh.

image

Des tas d'ordures non traitées sont éparpillés dans Deir Ezzor sans aucune entreprise de gestion des déchets du régime syrien pour les retirer. [Photo de Furat Post]

De nombreux régions et quartiers restent inhabitables, en raison du manque de services d'eau, d'électricité et d'assainissement. Le chômage et la pauvreté sont généralisés, en raison d'une grave pénurie de possibilités d'emploi.

Dans certaines rues, on peut voir des gens fouiller pour tout ce qui est utile ou comestible, a-t-il dit, et les enfants ont été mis au travail à des emplois dégradants et épuisants.

"La région n'a jamais connu ce niveau de pauvreté et de négligence auparavant", a-t-il indiqué, notant que ces circonstances étaient à la fois inhabituelles et troublantes.

Hausse des prix et nombreuses restrictions

Les prix sur le marché ont fortement augmenté, a déclaré Saleh, en particulier les prix des aliments, des légumes et des fruits, qui ont dépassé le pouvoir d'achat de nombreux habitants de la région.

Aucune mesure n'a été prise pour les contenir, a-t-il noté.

Certaines familles dont les fils ont rejoint les milices affiliées au CGRI vivent également sous le seuil de pauvreté, a déclaré Saleh, car les salaires payés par les milices ne couvrent que les besoins les plus essentiels. Pourtant, ces familles estiment que c'est mieux que rien.

"La liberté de circulation est pratiquement inexistante en raison du déploiement massif de miliciens, qui effectuent des contrôles d'identité rigoureux et empêchent les gens de se déplacer à volonté", a-t-il déclaré.

Ils interdisent également aux agriculteurs d'entretenir leurs terres et d'y cultiver des cultures, a-t-il ajouté, sous prétexte que leurs terres se trouvent dans des "zones militaires" fermées.

"Ceci alors que le régime essaie de peaufiner son image en faisant connaître les actions qu'il entreprend pour améliorer la région, comme la réhabilitation d'un parc public avec le soutien d'organisations internationales", a-t-il fait savoir.

Pendant ce temps, "la zone environnante est totalement détruite", a-t-il dit, et les tas de déchets qui s'accumulent partout constituent désormais une réelle menace pour la santé publique.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire