NOUVELLES D’IRAK
Sécurité

Frappes aériennes américaines contre des milices pro-iraniennes en Irak et en Syrie

AFP

image

Sur cette photo d'archive prise le 31 mai, des combattants du Kataeb Hezbollah, groupe paramilitaire soutenu par l'Iran, défilent lors d'une parade militaire à Bagdad. [Ahmad al-Rubaye/AFP]

Les États-Unis ont procédé à des frappes aériennes contre un groupe activiste pro-iranien en Irak et en Syrie, deux jours après qu'une attaque à la roquette sur une base irakienne a tué un entrepreneur civil américain.

Le Pentagone a déclaré dimanche 29 décembre qu'il avait visé des caches d'armes et des installations de commandement et de contrôle liées au groupe paramilitaire irakien Kataeb Hezbollah soutenu par l'Iran dans l'ouest de l'Irak et l'est de la Syrie.

Les attaques de dimanche soir ont vu des avions américains frapper trois sites en Irak et deux en Syrie appartenant au Kataeb Hezbollah.

Les sites ciblés comprenaient des installations de stockage d'armes et des lieux de commandement utilisés pour planifier et exécuter des attaques, a déclaré le Pentagone dans un communiqué.

Ces frappes constituaient des représailles pour une série d'attaques à la roquette depuis fin octobre contre les intérêts américains en Irak, dont un tir de plus de 30 roquettes vendredi contre la base militaire irakienne K1 de Kirkouk, qui a entraîné la mort d'un entrepreneur civil américain.

Quatre militaires américains et des membres des forces irakiennes ont également été blessés.

L'attaque contre la base K1 a compris un impact direct sur un dépôt de munitions qui a provoqué des explosions secondaires, et quatre autres roquettes ont été trouvées dans leurs tubes dans un camion sur le lieu du lancement, a fait savoir un responsable américain qui a demandé à conserver l'anonymat.

« En réponse aux attaques répétées de Kataeb Hezbollah contre les bases irakiennes qui accueillent les forces de coalition de l'opération Inherent Resolve (OIR), les forces américaines ont mené des frappes de précision défensives contre cinq installations de Kataeb Hezbollah en Irak et en Syrie qui amoindriront la capacité du groupe à mener de futures attaques contre les forces de coalition de l'OIR », a déclaré un porte-parole du Pentagone.

Le secrétaire d'État Mike Pompeo a déclaré que les États-Unis ne toléreront pas que l'Iran « prenne des mesures qui mettent en danger les hommes et femmes américains ».

Mark Esper, secrétaire à la Défense, a déclaré que les frappes aériennes de dimanche avaient été réussies et qu'il n'excluait pas de nouvelles actions pour « dissuader d'autres mauvais comportements de la part des milices ou de l'Iran ».

Le Bahreïn, allié clé des États-Unis dans la région, s'est félicité de ces frappes lundi

Liens solides avec le CGRI-FQ

Le Kataeb Hezbollah « est très lié » à la force al-Qod du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI-FQ), a précédemment expliqué le Pentagone.

La milice « a reçu à plusieurs reprises de l'Iran une aide mortelle et d'autres formes de soutien qu'elle a utilisées pour attaquer » les forces de la coalition, a-t-il précisé.

Les Forces de mobilisation populaire, un important groupe paramilitaire en Irak, ont déclaré lundi que les frappes aériennes américaines de dimanche en Irak avaient tué au moins 25 combattants.

Ces frappes « ont fait 25 morts et 51 blessés, parmi lesquels des commandants et des soldats, et le bilan pourrait encore augmenter », ont déclaré les FMP.

Peu après les frappes aériennes américaines, quatre roquettes Katioucha ont explosé sans faire de victimes dimanche soir près de la base militaire irakienne de Taji, près de Bagdad, qui abrite des troupes américaines, a rapporté un responsable irakien de la sécurité qui n'a pas souhaité être nommé.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500