Diplomatie

Washington: Bagdad doit 'prendre des mesures proactives' après les frappes contre les intérêts américains

AFP

image

Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a déclaré aux journalistes le 16 décembre qu'il avait exprimé sa préoccupation concernant les attaques contre des bases en Irak où les troupes et le matériel américains pourraient se trouver lors d'une communication téléphonique avec le Premier ministre sortant Adel Abdoul Mahdi. [John Thys / AFP]

Les États-Unis ont appelé Bagdad à "prendre des mesures proactives" pour protéger les intérêts américains dans le pays après une vague d'attaques imputables aux groupes soutenus par l'Iran.

Depuis le 28 octobre, 10 tirs de roquettes ont ciblé des zones où des soldats et diplomates américains sont stationnés. Ils n'ont pas été revendiqués, mais les États-Unis ont blâmé les groupes paramilitaires irakiens soutenus par l'Iran.

Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a déclaré aux journalistes lundi 16 décembre qu'il avait exprimé "sa préoccupation au sujet de l'optique des attaques contre des bases en Irak où des troupes et du matériel américains pourraient se trouver", lors d'un appel au Premier ministre sortant Adel Abdoul Mahdi.

Les États-Unis ont "un droit de légitime défense, que nous demandions à nos partenaires irakiens de prendre des mesures proactives ... pour contrôler cela, car cela n'est bon pour personne", a-t-il déclaré à Abdoul Mahdi.

Le bureau d'Abdoul Mahdi a publié plus tôt lundi un communiqué confirmant l'appel téléphonique et demandant à chacun "de ne ménager aucun effort pour empêcher une escalade qui menacerait toutes les parties".

"Les décisions unilatérales déclencheront des réactions négatives qui rendront plus difficile le contrôle de la situation et menaceront la sécurité, la souveraineté et l'indépendance de l'Irak", a-t-il dit.

Influence iranienne

S'exprimant dans un avion revenant de Belgique, où il avait assisté au 75e anniversaire de la bataille des Ardennes, Esper a reconnu que l'implication de Téhéran était difficile à prouver.

"Je soupçonne que l'Iran est derrière ces attaques, tout comme ils sont derrière de nombreux comportements malveillants dans toute la région", a-t-il dit." Mais il est difficile de cerner".

Abdoul Mahdi a démissionné début décembre après deux mois de manifestations sans précédent dans la capitale et le sud de l'Irak qui ont fait 460 morts. Des négociations sont en cours pour désigner son successeur.

"Si le gouvernement ou l'État irakien s'affaiblit, cela aggravera l'escalade et le chaos", a déclaré Abdoul Mahdi à Esper, selon le communiqué.

Une source américaine a récemment déclaré à l'AFP que les factions pro-iraniennes en Irak étaient désormais considérées comme une menace plus importante pour les soldats américains que "l’État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS).

Les attaques ont tué un soldat irakien et fait d'autres blessés, et causé des dégâts matériels aux alentours de l'ambassade américaine dans la zone verte ultra-sécurisée de Bagdad.

Les États-Unis ont récemment renforcé leur sécurité à l'ambassade, selon une source de sécurité irakienne, qui a déclaré "qu'un convoi de 15 véhicules américains transportant chacun des camions blindés et des armes est entré dans la zone verte".

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)