NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

Syrie : Daech exécute un jeune activiste dans les médias à Mayadine

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Le jeune activiste dans les médias Ali Yousouf Radhi a été exécuté lundi 21 août par « l'État islamique », après qu'il eut été surpris en train d'écrire et de distribuer des prospectus anti-Daech. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Lundi 21 août, « l'État islamique » (Daech) a exécuté un jeune activiste dans les médias dans la ville syrienne de Mayadine, car il avait rédigé des prospectus dénonçant le groupe, a rapporté un militant de Deir Ezzor à Diyaruna.

Aggravant les souffrances de la famille du militant exécuté, Daech leur a ensuite interdit de recevoir des condoléances pour sa mort, a fait savoir Nasser al-Maleh, lui aussi activiste dans les média, utilisant un pseudonyme par peur pour sa sécurité.

Lundi après-midi, des éléments de Daech de Mayadine ont exécuté Ali Yousouf Radhi, qui travaillait pour la page Facebook Al-Maydeen Al-Yawm, a-t-il déclaré à Diyaruna.

« Radhi a reçu des tirs à la tête et dans le corps », a-t-il indiqué.

Il a été dit à sa famille qu'il avait été exécuté parce qu'il avait été surpris en train de pratiquer des activités médiatiques « illégales », a déclaré al-Maleh.

En plus d'empêcher la famille de Radhi de recevoir des condoléances, Daech ne leur a pas remis son corps, a-t-il rapporté, ajoutant qu'il sait seulement qu'il a été enterré dans une zone non identifiée dans la campagne de Deir Ezzor.

Il s'agit « probablement de l'une des fosses communes que le groupe utilise dans ce genre de cas », a-t-il poursuivi.

Craintes de rébellion populaire

L'insistance du groupe à cacher le corps et empêcher la tenue d'une veillée était apparemment destinée à éviter toute réunion pouvant se transformer en rassemblement de rébellion contre lui, a déclaré al-Maleh.

Daech craignait en effet beaucoup un tel rassemblement, car le jeune homme exécuté était très populaire dans la région grâce à ses publications, dont la plupart appelaient à rejeter le groupe et ses règles et dévoilaient ses exactions contre les habitants de la région.

La page Facebook Al-Mayadeen Al-Yawm que Radhi avait récemment cofondée a été très active pour rapporter les souffrances des habitants de la région et dévoiler les actions inhumaines de Daech à leur encontre, a-t-il expliqué.

Al-Maleh a ajouté que la victime avait récemment pris de grands risques, car il ne prenait pas suffisamment de précautions, ou n'était pas assez conscient du fait que Daech s'en prenait aux activistes dans les médias.

« Pendant les frappes aériennes et immédiatement après, les éléments de Daech disparaissent complètement des rues de la ville, tout comme ses patrouilles qui arpentent normalement les rues », a-t-il rapporté.

Mais le 20 août, jour de son arrestation, Radhi a profité de cette période de calme pour se rendre au seul cybercafé que le groupe autorisait à fonctionner à Mayadine.

Il était de toute évidence sous étroite surveillance, a déclaré al-Maleh, car il a été appréhendé dans le café.

Des témoins près du café ont rapporté que des éléments de Daech lui avaient rapidement pris les mains et lui avaient confisqué son téléphone portable, qu'il utilisait apparemment pour publier des informations sur la page Facebook Al-Mayadeen Al-Yawm.

La page qui porte le nom Al-Mayadeen Al-Yawm a depuis été supprimée, a signalé al-Maleh, ajoutant que « il est évident que Daech en est responsable ».

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500