Criminalité et Justice

Le « cuisinier de Poutine » sanctionné pour des opérations malveillantes mondiales

Caravanserai et AFP

image

Photo non datée de Yevgeny Prigozhin. [Mikhail Metzel/TASS]

Le département du Trésor américain a sanctionné mercredi 23 septembre les associés et les entreprises liés à un riche financier proche du président russe Vladimir Poutine et les services de sécurité de Moscou.

Huit personnes physiques et sept personnes morales liées à Yevgeny Prigozhin et au Service fédéral de sécurité (FSB) ont été visées par des sanctions, a fait savoir le Trésor dans un communiqué.

Prigozhin est surnommé « le cuisinier de Poutine », car sa société Konkord a fourni des services de traiteur au Kremlin.

Cette mesure visait à contrôler à la fois les activités de Prigozhin en République centrafricaine (RCA) et le FSB, qui a été accusé d'interférer dans les élections américaines.

image

Une image partagée sur les réseaux sociaux montre des mercenaires russes en Syrie. [Archive]

image

Cette image satellite montre l'étendue des équipements fournis et utilisés par le Groupe Wagner à l'aérodrome libyen d'al-Khadim le 13 juillet. [AFRICOM]

Les dernières sanctions portent sur « l'exploitation par Prigozhin des ressources naturelles des pays africains et [...] le rôle du gouvernement russe dans la coordination des opérations de Prigozhin », a précisé le communiqué.

« Prigozhin a des liens avec des sociétés minières, de sécurité et de logistique en RCA, et ses opérations en RCA seraient coordonnées avec le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Défense de la Fédération de Russie », a-t-il fait savoir.

Les sanctions visent deux entreprises minières et trois employés liés à Prigozhin en RCA, pays aux prises avec l'instabilité et les conflits armés depuis qu'un coup d'État a renversé le président François Bozizé en 2012.

Prigozhin possède ou contrôle deux sociétés qui mènent des opérations minières en RCA : la société M Finans, basée en Russie, qui extrait des métaux précieux et fournit des services de sécurité privés, et la société Lobaye Invest, basée en RCA, qui est spécialisée dans l'extraction d'or et de diamants.

Ces deux entreprises ont été liées aux opérations du Groupe Wagner en RCA, une société militaire russe privée liée à Prigozhin, a indiqué le Trésor. Les États-Unis avaient déjà sanctionné Prigozhin en 2018 et 2019 pour son rôle de directeur et de financier du Groupe Wagner.

M Finans a également été lié à la société Konkord de Prigozhin, que les enquêteurs accusent de fournir une assistance matérielle à l'Agence de recherche internet (IRA), un groupe de trolls russes à Saint-Pétersbourg qui serait financé par Prigozhin.

D'abord sanctionnée par le Trésor américain en 2018, l'IRA a été accusé d'alimenter le chaos politique et social dans le monde.

Les dernières sanctions américaines visent également trois associés de Prigozhin : Dmitry Sytii, fondateur de Lobaye Invest et ancien employé de l'IRA ; Yevgeniy Khodotov, directeur de Lobaye Invest ; et Alexander Kuzin, employé de Prigozhin travaillant en RCA.

Les élections américaines comme cible

Les sanctions américaines font partie des « efforts de Washington pour promouvoir la responsabilité des services de renseignement du gouvernement russe, y compris le FSB, pour toute une série d'activités déstabilisatrices », a déclaré le Trésor américain.

Le Trésor a désigné le FSB en mars 2018 « pour s'être engagé dans des activités qui sapent la cybersécurité de personnes physiques et morales au nom du gouvernement russe, y compris le ciblage de responsables américains ».

Des sanctions antérieures, en décembre 2016, avaient visé le FSB suite à la tentative d'ingérence du Kremlin dans les élections américaines.

Le 23 septembre, Washington a désigné Okeanos, une entreprise de technologie sous-marine basée à Saint-Pétersbourg, ainsi que trois de ses employés pour avoir coopéré avec le FSB.

La société finlandaise de transport de marchandises Optima Freight et son propriétaire, Nikita Kovalevskij, ont également été visés pour avoir aidé le FSB à échapper aux sanctions américaines.

Kovalevskij est le directeur général de trois autres sociétés de transport de marchandises basées en Finlande et accusées de la même chose : GCH Finland, Unicum Trade et ACEX.

« Nikita Kovalevskij et sa société, Optima Freight, ont, par le biais d'un stratagème illicite, enfreint les lois américaines sur l'exportation en acquérant des technologies maritimes américaines importantes et contrôlées », a déclaré Stacey R. Moy, agent du Federal Bureau of Investigation (FBI) américain.

« Le FBI reste déterminé à mener une enquête agressive et à empêcher la Russie de s'emparer secrètement des innovations américaines », a-t-il déclaré.

Les États-Unis cherchent à « rendre responsable le gouvernement russe pour l'utilisation d'intermédiaires et d'organismes de renseignement, y compris le FSB, pour perpétrer toute une série d'activités déstabilisatrices, telles que la conduite de cyber-activités malveillantes et l'ingérence dans les élections », a fait savoir le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.

L'objectif du Kremlin : les ressources

« Yevgeniy Prigozhin dispose d'un réseau international de soutiens pour étendre son influence politique et économique malveillante dans le monde entier », a expliqué Steven Mnuchin, secrétaire américain au Trésor, dans un communiqué.

« Les États-Unis continueront à cibler la capacité de Prigozhin à mener des opérations à l'échelle mondiale. »

Le Groupe Wagner, qui compte entre 800 et 1 200 mercenaires selon le Conseil de sécurité des Nations unies, met en œuvre le programme de Poutine dans le monde entier tout en pouvant être réfuté.

Les mercenaires de Wagner ont été actifs ou le sont toujours dans plusieurs pays du monde, dont la Syrie, le Soudan, le Venezuela et Madagascar.

Le Groupe Wagner, en coordination avec l'armée russe, a également joué un rôle dans la guerre civile dans l'est de l'Ukraine et a contribué à l'annexion illégale de la Crimée par Moscou en 2014.

Les récentes interventions du Groupe Wagner comprennent des tentatives de déstabilisation de la Biélorussie à l'approche des élections présidentielles au début du mois d'août et le déploiement de mercenaires dans la guerre civile en Libye pour soutenir l'homme fort Khalifa Haftar contre le gouvernement d'accord national reconnu par les Nations unies.

Le carnage en Libye a fait des centaines de morts et déplacé plus de 200 000 personnes pendant l'année de tentative de prise de contrôle de Tripoli par Haftar, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

Le soutien du Kremlin au président syrien Bachar el-Assad a laissé dans son sillage une traînée de sang.

Le subterfuge de la Russie dans des pays autres que la RCA vise, entre autres, à garantir l'accès à des ressources naturelles précieuses.

En soutenant l'homme fort libyen Haftar, Moscou veut exploiter les riches ressources de ce pays et obtenir une part de l'industrie pétrolière libyenne, qui, en plus d'immenses profits, offre un levier géopolitique.

Les exportations de pétrole sont la source de presque tous les revenus de l'État, et la Libye possède les plus grandes réserves de brut avérées en Afrique.

Par ailleurs, Moscou a signé des accords qui prévoient un appel d'offres exclusif, suspendu depuis, mais que les compagnies énergétiques russes sont déterminées à réactiver, pour développer les réserves de gaz offshore de la Syrie dans le Bloc 12.

Rien qu'en 2016, le Kremlin a signé pour près d'un milliard de dollars de contrats d'infrastructures et autres. En décembre 2016, la société russe Evro Polis a signé un accord avec le régime pour protéger les puits de pétrole en échange d'une part de 25 % de la production.

Lutte contre les adversaires de Poutine

En plus de son rôle de financier pour le Groupe Wagner, Prigozhin contrôle la RIA FAN, ou l'Agence fédérale de presse, a rapporté la BBC en octobre dernier.

Cet organe de presse a été utilisé par les propagandistes du Kremlin pour répandre la désinformation, la division et la méfiance en Russie et à l'étranger.

Prigozhin a également pris pour cible les opposants du dirigeant russe.

Il a juré de ruiner le critique principal du Kremlin, Alexei Navalny, empoisonné avec un agent neurotoxique de l'ère soviétique. Après un mois de coma dans un hôpital berlinois, Navalny est sorti de l'hôpital mardi 22 septembre. Les médecins pensent qu'il va se rétablir complètement.

Le bureau de presse de Konkord a cité Prigozhin dans une déclaration sur les réseaux sociaux le 22 septembre dernier, indiquant qu'il avait l'intention de faire appliquer une décision de justice d'octobre dernier. La décision oblige Navalny et ses associés à lui verser près de 88 millions de roubles (1,2 million de dollars) de dommages et intérêts pour un reportage vidéo.

La fondation Navalny, dans une enquête vidéo, avait accusé une entreprise liée à Prigozhin par la presse de rendre des écoliers malades avec de la nourriture de cantine de mauvaise qualité. Prigozhin nie être le propriétaire de cette entreprise.

« J'ai l'intention de dépouiller ce groupe de personnes sans scrupules de leurs vêtements et de leurs chaussures », a menacé Prigozhin.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500