Politique

Pompeo: les États-Unis empêcheront l'Iran de se procurer des armes chinoises et russes

AFP

image

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo s'est entretenu avec des journalistes à la suite d'une réunion avec des membres du Conseil de sécurité de l'ONU sur le non-respect présumé de l'Iran d'un accord nucléaire et appelant au rétablissement des sanctions contre l'Iran au siège de l'ONU à New York le 20 août. [Mike Segar / POOL / AFP]

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a promis mardi 15 septembre que Washington empêcherait l'Iran d'acheter « des chars chinois et des systèmes de défense aérienne russes » à l'approche de la fin d'un embargo de l'ONU sur les armes contre Téhéran.

Alors que l'UE et l'ONU étaient en désaccord avec la décision américaine de se retirer d'un accord nucléaire international en 2018 et de réimposer des sanctions unilatérales contre l'Iran, Washington agissait pour « assurer la sécurité du monde », a-t-il déclaré à la radio France Inter.

« Nous allons agir d'une manière - et nous avons agi d'une manière - qui empêchera l'Iran de pouvoir acheter des chars chinois et des systèmes de défense aérienne russes et revendre des armes au Hezbollah pour saper les efforts mêmes que le président (français) Macron tente habilement de diriger au Liban », a déclaré Pompeo.

Le Hezbollah, un groupe militant soutenu par l'Iran, a longtemps été visé par les sanctions américaines et est inscrit sur la liste noire en tant qu'organisation « terroriste ».

Mais c'est aussi un acteur politique puissant avec des sièges au parlement au Liban, où le président français cherche à favoriser la réforme politique.

« Il est inconciliable que vous autorisiez l'Iran à avoir plus d'argent, plus de richesses et plus d'armes, et que vous travailliez toujours pour essayer d'aider à déconnecter le Hezbollah de la catastrophe qu'il a créée à l'intérieur du Liban », a déclaré Pompeo.

Les États-Unis veulent prolonger l'embargo des Nations Unies sur les armes contre l'Iran qui expirera le 18 octobre.

« Alors que l'UE a pris une décision différente à propos de cet accord (nucléaire), elle partage notre inquiétude quant à l'extension de cet embargo sur les armes », a souligné Pompeo.

Les États-Unis, a-t-il insisté, « continueraient à défendre l'ordre international pour empêcher la République islamique d'Iran de reprendre ses activités malveillantes » au Liban, en Irak et en Syrie.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)