Sécurité

L’Irak avance dans la reconstruction des maisons endommagées par le terrorisme

Khalid al-Taie

image

Deux ouvriers réparent une maison de Mossoul détruite durant la guerre contre le terrorisme, sur cette photo postée en ligne le 13 mai. [Photo fournie par ONU-Habitat]

Le gouvernement irakien poursuit son engagement de donner la priorité à la reconstruction des maisons endommagées dans les villes libérées pour améliorer les conditions de vie des habitants et développer les villes, expliquent les responsables.

Les opérations de reconstruction dans toutes les provinces libérées du terrorisme se poursuivent selon plusieurs axes, a expliqué à Diyaruna Abdoul Zahra al-Hindawi, porte-parole du ministère du Plan.

« Des travaux importants sont entrepris pour réparer les infrastructures et les projets détruits ainsi que les maisons qui avaient été en partie ou totalement détruites », a-t-il déclaré le 10 juin.

« Des résultats positifs ont été obtenus avec le retour de milliers de personnes déplacées dans leurs foyers après que leurs quartiers ont été réhabilités et les services publics rétablis », a-t-il ajouté.

image

Le ministre irakien du Plan Khaled Battal al-Najim (à droite) a rencontré le représentant de ONU-Habitat Wael al-Ashhab le 3 juin pour parler de la coordination des efforts de reconstruction des maisons détruites durant la guerre contre le terrorisme. [Photo fournie par le ministère irakien du Plan]

« De fortes indemnisations ont été versées aux nombreux habitants dont les maisons avaient été endommagées », a-t-il poursuivi.

Le ministère « a mis en place des plans et des stratégies publiques pour la reconstruction et surveille leur mise en œuvre avec les secteurs de l'État et nationaux, ainsi qu’avec les organisations internationales et les agences humanitaires », a-t-il indiqué.

Le ministre du Plan Khaled Battal al-Najim a rencontré le représentant en Irak du Programme des Nations unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), Wael al-Ashhab, le 3 juin, pour parler des mécanismes de travail conjoints permettant de mettre en pratique une stratégie conjointe de reconstruction.

« Nous souhaitons relever le niveau de coordination avec ONU-Habitat et augmenter leur soutien dans les projets de construction et de rénovation de logements », a indiqué al-Hindawi.

« Nous avons une vision complète des dommages dans tous les secteurs, y compris le logement, et nous sommes prêts à lancer des programmes et des projets qui vont contribuer à renforcer ce secteur. »

Des milliers de logements avaient été détruits lors des bombardements sans discrimination de « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), qui fit appel à un large éventail d’armes pour gêner l’avance des forces de libération.

Reconstruire Ramadi

Ramadi a largement souffert des destructions sous le règne du terrorisme et lors des combats pour la libération qui s’ensuivirent, a expliqué le maire Ibrahim al-Awsaj à Diyaruna.

« Près de 64 000 unités d’habitation... ont souffert de divers niveaux de destruction », a-t-il indiqué, et la plupart des maisons fortement endommagées sont situées dans le centre de Ramadi, dans des quartiers comme al-Bakr et al-Malaab, qui furent le théâtre de violents combats avec l’EIIS.

« Avec la libération de la ville, ces maisons sont aujourd'hui restaurées, et les travaux de reconstruction se poursuivent selon deux axes », a-t-il expliqué.

« Le premier au travers du gouvernement [central] via la Loi n° (20) de 2009, qui prévoit l’indemnisation des personnes dont les biens ont été endommagés par le terrorisme. Une commission gouvernementale a été mise en place pour recevoir les demandes d’indemnisation et décaisser les fonds aux bénéficiaires. »

Certaines des personnes affectées ont été indemnisées pour reconstruire leurs maisons, mais de nombreuses autres attendent encore cette aide financière, a ajouté al-Awsaj, précisant : « Nous espérons être en mesure de les indemniser très prochainement, dès que la situation économique sera plus favorable. »

Le second axe passe au travers des organisations internationales, a-t-il poursuivi.

« Plus de 10 000 unités d’habitation endommagées ont été reconstruites à Ramadi ces deux dernières années grâce à des financements de ces organisations, dont les plus importants proviennent d’ONU-Habitat et du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). »

Mossoul accueille ses DI

À Mossoul, où ont eu lieu les combats les plus violents, des dizaines de milliers de maisons ont été détruites, la plupart dans la Vieille Ville, où près de 10 000 kilomètres carrés de la surface habitable ont été transformés en champ de ruines par la guerre.

« Près de 44 000 demandes d’habitants de Mossoul dont la maison avait été endommagée ... ont été traitées et transmises au gouvernement central [à Bagdad] », a expliqué le maire de Mossoul Zouhair al-Araji.

« Nous attendons que l’argent soit envoyé à tous ces demandeurs », a-t-il indiqué à Diyaruna.

« Les Nations unies et les agences internationales nous aident depuis 2018 à reconstruire et à réhabiliter des centaines de maisons, y compris celles qui avaient été endommagées à moins de 50 %, et certaines unités [résidentielles] ont été restaurées par leurs propriétaires de leur propre poche ou à l’aide de dons », a-t-il indiqué.

La reconstruction de maisons résidentielles, notamment dans la Vieille Ville, nécessite des efforts de plus grande envergure « car le niveau de destruction dans la ville a été important et va au-delà des capacités du gouvernement local », a ajouté al-Araji.

« Nous espérons réaliser des progrès à cet égard, car il s’agit du principal obstacle au retour des familles déplacées dans leurs foyers. »

L'Irak est-il protégé contre l'EIIS ?
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)