NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

L'Irak demande la restitution de la Syrie des armes pillées par l'EIIS

Par Hassan al-Obaidi à Bagdad

image

Les forces irakiennes et les factions paramilitaires alliées avancent vers al-Qaïm dans la province irakienne de l'Anbar, près de la frontière syrienne, alors qu'elles luttent contre les derniers éléments de l'EIIS le 3 novembre 2017. [Ahmad al-Rubaye/AFP]

Le régime syrien et les milices soutenues par l'Iran ont retardé la remise obligatoire des armes, du matériel militaire et des véhicules qui ont été saisis par l'État islamique en Irak et en Syrie (EIIS) en 2014 en Irak, ont déclaré des responsables militaires.

L'EIIS a pillé des bases militaires irakiennes lorsqu'il a envahi des pans du nord de l'Irak à l'été 2014, puis a transféré certaines de ces armes en Syrie.

Ces équipements ont ensuite été pris comme butin de guerre par le régime syrien et les milices alliées à la suite de la défaite de l'EIIS.

L'Irak demande le retour du matériel et des armes militaires depuis plus d'un an, a déclaré à Diyaruna un haut responsable du ministère irakien de la Défense.

"L'équipement et les armes étaient relativement neufs et ont coûté à l'Irak d'énormes sommes d'argent à acheter dans le cadre du programme d'armement et d'entraînement de l'armée irakienne", a-t-il dit.

En vertu du droit international, ces équipements et armes doivent être traités comme des biens volés, a-t-il souligné de sorte que la partie qui en revient finalement en possession doit les remettre au propriétaire légitime.

"Mais le régime syrien est au point mort et joue à des jeux alors que les milices affiliées au [CGRI] refusent carrément de les remettre", a déclaré le responsable militaire.

Le Parlement irakien se prépare à résoudre ce problème, car ce matériel constitue des biens irakiens, a déclaré le député irakien Abbas Sarout al-Ismaili, qui siège au comité parlementaire de sécurité et de défense.

Équipements irakiens en Syrie

Le général de brigade Mohammed al-Jubouri, qui était membre du commandement des opérations de Ninive qui a libéré Mossoul en 2016 et est maintenant à la retraite des forces irakiennes, a déclaré à Diyaruna qu'il y avait une grande quantité d'équipements irakiens en Syrie.

Les armes irakiennes détenues par le régime syrien sont suffisantes pour armer toute une division de l'armée irakienne, a-t-il indiqué.

Lorsque l'EIIS a saisi la base militaire d'al-Ghazlani à Mossoul à la mi-2014, il a déplacé son contenu à travers la frontière vers Deir Ezzor, Raqqa et Albou Kamal, ainsi que vers d'autres régions de Syrie, a-t-il fait savoir.

Après la défaite de l'EIIS, l'équipement a été divisé entre le régime syrien et les différentes milices iraniennes et afghanes qui le soutiennent, et même le Hezbollah libanais en a récupéré une partie, a-t-il déclaré.

"Le régime syrien pense que ces armes et équipements lui appartiennent désormais, tout comme le pétrole et les antiquités de contrebande et autres avoirs irakiens", a-t-il poursuivi.

Le régime syrien dispose également d'informations sur les éléments irakiens de l'EIIS, mais le gouvernement irakien n'a reçu aucune coopération à cet égard de la part du régime d'al-Assad, a déclaré l'expert en sécurité Fouad Ali.

Ali a attribué cela au désir du régime syrien de traiter avec l'Irak par le biais de l'Iran, ce qui lui permet de continuer à bénéficier indirectement des ressources irakiennes.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500