https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/01/22/feature-02

×
×
Sécurité |

Des frappes aériennes irakiennes tuent six membres de l'EIIS

Khalid al-Taie

image

Un avion de chasse F-16 irakien se lance le 3 janvier dans une opération offensive pour détruire les tunnels de l'EIIS à al-Zab, dans la province de Kirkouk. [Photo fournie par le commandement de l'armée de l'air irakienne]

Six militants de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) ont été tués lors de frappes aériennes irakiennes contre leurs repaires dans le nord du pays, a fait savoir mercredi 22 janvier un expert en sécurité à Diyaruna.

« Des rapports de renseignement précis recueillis par des drones de reconnaissance ont déterminé l'emplacement de quatre maisons de repos secrètes où les membres restants de l'EIIS se sont rassemblés près des villes de Kirkouk et de Mossoul », a indiqué l'analyste de la sécurité Fadel Abou Ragheef.

« Les avions de chasse irakiens ont lancé mardi des frappes rapides contre les maisons de repos, les détruisant complètement », a-t-il ajouté.

« Au moins six terroristes qui se trouvaient dans ces maisons de repos ont été tués », a-t-il indiqué, sans donner plus de détails sur leur identité.

image

Des combattants irakiens se préparent à partir en mission à la recherche des éléments restants de l'EIIS à Wadi Houran, en septembre 2019. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Les avions de chasse F-16 irakiens ont lancé une attaque réussie depuis la base aérienne d'al-Balad, a fait savoir mardi le ministère irakien de la Défense dans un communiqué.

Un « repaire des terroristes de l'EIIS a été détruit à Wadi Al-Shay », au sud de Kirkouk, a-t-il précisé.

Renforcement des mesures antiterroristes

De nouvelles frappes aériennes contre un plus grand nombre de repaires ennemis sont « imminentes » après cette dernière attaque, a affirmé Abou Ragheef.

Les éléments de l'EIIS cherchent à se déployer et à se propager dans des zones inhabitées, en particulier dans les régions au sud et à l'ouest de Kirkouk, comme al-Hawijah, al-Rashad et al-Riyadh, a-t-il déclaré.

Les sources de renseignement indiquent que l'EIIS tente de prendre pied dans les frontières administratives entre les provinces de Kirkouk, Diyala, Salaheddine et Ninive, en profitant du vaste territoire et de la topographie complexe de ces régions, a-t-il noté.

« Des régions comme les collines d'Hamrin, Wadi al-Shay, Mutaybija, al-Jalam et Aïn al-Faras, jusqu'au désert de Tikrit et Hatra, sont toujours les plus dangereuses en termes de sécurité », a-t-il ajouté.

« Les derniers membres de l'EIIS sont présents dans ces zones, peut-être pas en grand nombre, mais ils y maintiennent une certaine présence cachée, en particulier dans les grottes, les vallées et les zones à végétation dense », a-t-il déclaré.

« L'élimination complète de ces éléments restants n'est pas une tâche facile », a fait savoir Abou Ragheef, « mais avec un effort de renseignement, une surveillance continue et un bombardement de qualité, nous pouvons considérablement réduire leur danger et les garder sous contrôle ».

L'EIIS a « perdu la plupart de ses capacités humaines et logistiques, et n'a plus le contrôle ni la capacité de tenir un territoire », a-t-il souligné, ajoutant que « la pression et les opérations de sécurité ciblées doivent être maintenues ».

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire