Sécurité

Les forces irakiennes sécurisent une région reculée du sud de Kirkouk

Khalid al-Taie

image

Des membres des services d'élite du contre-terrorisme irakien mènent une opération contre les repaires de l'EIIS à Wadi al-Shay le 26 avril. [Photo fournie par les services antiterroristes irakiens]

Les forces irakiennes accentuent leurs opérations de sécurité contre les derniers éléments de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) à Wadi al-Shay et prennent le contrôle intégral de cette région éloignée du sud de la province de Kirkouk, ont expliqué des responsables irakiens à Diyaruna.

La région, connue localement comme la vallée de la mort, a été un refuge pour les éléments de l'EIIS après la défaite du groupe dans le district d'al-Hawijah de la province de Kirkouk il y a deux ans.

Le colonel Ali Ahmed al-Ajaili, commandant de la 19e brigade de la police fédérale, a expliqué que ses forces effectuent « un travail exceptionnel » pour sécuriser Wadi al-Shay.

« Nous avons mis en œuvre plusieurs mesures visant à sécuriser la région et à lutter contre d'éventuelles menaces terroristes contre les villages situés à proximité de la vallée », a-t-il expliqué à Diyaruna.

image

Des unités de la police fédérale irakienne conduisent une opération de recherche d'éléments de l'EIIS à Wadi al-Shay le 5 août. [Photo fournie par le commandement de la police fédérale]

« Nous avons rasé les arbres et les buissons sur une bande de terrain de 18 kilomètres depuis le village de Tal Hamma vers le pont de Daqouq afin de maintenir une vision claire de la région que nous devons surveiller », a-t-il fait savoir.

Des caméras thermiques ont été installées pour surveiller en permanence les mouvements inhabituels dans la zone considérée, a-t-il ajouté.

Des forces ont été déployées sur douze collines surplombant Wadi al-Shay, a-t-il poursuivi, soulignant que des opérations de sécurité intensives sont en cours pour traquer les éléments restants de l'EIIS et rechercher leurs maisons de repos et leurs caches d'armes dans la vallée.

Ces trois derniers mois, ces forces ont abattu plus de dix activistes et en ont arrêté des dizaines d'autres, parmi lesquels des commandants de l'EIIS, a-t-il rapporté.

Parmi eux se trouvent six membres de l'EIIS arrêtés début septembre qui faisaient partie d'une dangereuse cellule et dont le leader a fait d'importantes confessions sur leurs activités, selon al-Ajaili.

Un vaste terrain

« Les ennemis restants sont répartis dans la vallée et se déplacent en groupes de 25 à 40 personnes », a-t-il précisé.

Ils utilisent des tactiques d'esquive, profitant de l'étendue de la vallée et de la densité de la végétation naturelle de la région, a-t-il ajouté.

« Mais nous les affrontons résolument et les empêchons de progresser », a-t-il souligné.

Cette année, Wadi al-Shay a été le théâtre de plusieurs opérations importantes des services d'élite antiterroristes (CTS) et de la coalition internationale, qui ont entraîné la mort de hauts dirigeants de l'EIIS.

Un réseau d'anciens tunnels et passages souterrains que l'EIIS utilisait pour se cacher, se déplacer et comme chemins d'approvisionnement a également été détruit.

Les éléments de l'EIIS qui ont survécu aux combats de libération à al-Hawijah « avaient trouvé à Wadi al-Shay un refuge », a expliqué le maire du district de Daqouq Louis al-Obeidi.

La région est vaste, et s'étend des monts Hamrin et d'al-Atheem, dans la province de Diyala, au district de Daqouq au sud, vers la frontière administrative de Kirkouk avec la province de Salaheddine, a-t-il précisé à Diyaruna.

« Cette vallée est connue pour son abondance de roseaux, de buissons, de terriers et de tunnels naturels, qui en font un refuge adapté pour des terroristes », a-t-il expliqué, en particulier ces villages proches qui ont été désertiques depuis que l'EIIS avait occupé al-Hawijah en 2014.

Ils comprennent les villages de Tal Eida et de Sammaka.

« Les forces de la police, de l'armée et des CTS livrent désormais des efforts très importants pour éliminer ces éléments terroristes et maintenir la sécurité dans la vallée », a déclaré al-Obeidi.

« Les activités des éléments de l'EIIS sont sur le déclin à Wadi al-Shay par suite des opérations continues de sécurité qui s'y déroulent », a expliqué Burhan al-Assi, vice-président de la commission pour la sécurité du conseil provincial de Kirkouk.

Inciter les civils à revenir s'installer dans leurs villages pour y reprendre des activités agricoles servira de surcroît à dissuader les éléments restants de l'EIIS d'être actifs dans la région, a-t-il précisé à Diyaruna.

« Le retour de la population locale est essentiel pour assurer la stabilité non seulement à Wadi al-Shay, mais dans tout Kirkouk », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)