Droits de l'Homme

De fortes pluies inondent les tentes des déplacés dans le nord de la Syrie

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Un camp dans l'est de la province rurale de Hama inondé après les récentes fortes pluies. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Les fortes précipitations dans le nord de la Syrie ont exacerbé les souffrances des déplacés internes (DI) dans la campagne d'Idlib et de Hama, où des centaines de familles se retrouvent sans abri par suite des inondations, a expliqué un activiste local.

Le dernier orage à s'être abattu sur la région a apporté de fortes pluies qui ont balayé les camps de déplacés et inondé de nombreuses tentes, a expliqué le militant Haisam al-Idlibi à Diyaruna.

Le sol était déjà saturé par les pluies antérieures, a-t-il expliqué, et cela a provoqué des inondations rapides qui ont tout balayé sur leur passage, notamment les camps non officiels qui avaient été installés sur les terres agricoles.

La plupart des camps dans les provinces d'Idlib et de l'est de Hama ont subi des dégâts, en particulier Sarha, Deir Hassan, Lastum Wahdakum, al-Jwaid et al-Ghuraba, a-t-il précisé.

image

Un enfant dans un camp de déplacés inondé dans le nord de la Syrie. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

De nombreux habitants de ces camps se sont enfuis, a-t-il poursuivi, tandis que d'autres se retrouvent pris au piège dans des camps inondés, alors que les routes menant à ces camps et les routes intérieures sont impraticables.

Les organisations humanitaires n'ont pas été présentes durant cette crise, a-t-il ajouté, en raison de la présence de Tahrir al-Sham, l'alliance extrémiste qui contrôle la région.

La situation appelle une intervention à grande échelle pour faire en sorte que la situation ne puisse se dégrader davantage, a expliqué al-Idlibi, notamment parce que les eaux de pluie ont balayé les fosses de collecte des eaux usées, contaminant ainsi toute la zone.

Une situation qui a accru le risque de déclenchement de maladies dans les camps, a-t-il poursuivi.

« De plus, les modestes équipements qui avaient auparavant été fournis à ces camps et le mobilier des tentes ont été emportés par les eaux, laissant les civils dénués de tout », a-t-il continué.

« L'aide se limite à des initiatives individuelles de militants indépendants et de certains habitants, qui tentent d'apporter de l'aide comme ils le peuvent », a-t-il indiqué.

Cette aide porte notamment sur l'ouverture des routes menant aux camps et le transport de certains DI vers des zones relativement plus sèches, a conclu al-Idlibi.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)