https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/05/08/feature-01

×
×
Élections |

Les femmes, candidates fortes lors des élections en Irak

Khalid al-Taie

image

Un nombre important de femmes se présenteront lors des prochaines élections législatives en Irak. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Un nombre important de candidates hautement qualifiées se présentent pour un siège au parlement lors des prochaines élections irakiennes, prévues le 12 mai.

« De nombreux électeurs font désormais confiance aux qualifications et aux capacités des femmes candidates à diriger efficacement le pays et mener les efforts de reconstruction et de réformes », a déclaré Manal al-Moutassem, candidate pour la Iraqi Decision Coalition.

« Ce ne sont pas uniquement des slogans, mais bien la réalité », a-t-elle expliqué à Diyaruna. « Les femmes irakiennes se sont montrées capables de diriger tous les aspects du gouvernement et ont gagné le respect des gens. »

Et alors que les femmes jouent un rôle de plus en plus actif au sein de la société, a poursuivi al-Moutassem, cela a conduit « de nombreuses candidates à entrer dans la course au parlement ».

Elle a fait part de sa confiance dans la capacité des femmes à acter le changement et à traiter des questions épineuses qui empoisonnent le pays depuis de nombreuses années.

« Nous ne possédons certes pas de baguette magique, mais en tant que femmes, nous ne pouvons rester passives et nous ferons ce que veulent les gens en termes de services, de reconstruction et dans de nombreux autres secteurs », a-t-elle ajouté.

Les électeurs doivent choisir avec soin

Al-Moutassem a appelé les électeurs à faire preuve de prudence dans le choix de leurs candidats, en analysant ce qu'ils ont fait au service de leur pays.

« Le bon choix définit le début du changement », a-t-elle affirmé.

En vertu du système électoral irakien, les femmes disposent d'un quota de 25 % de sièges au parlement.

Un total de 2 592 femmes se présentent dans le pays, soit environ 35 % des 7 367 candidats au total.

Les femmes sont largement responsables de trouver des solutions et de laisser entrevoir un avenir meilleur, a expliqué Zainab Omar Mohammed al-Siraj, candidate de la Coalition pour la solidarité.

« Les problèmes sont nombreux et complexes, mais nous pensons que si nous travaillons ensemble, hommes et femmes, main dans la main, nous serons en mesure de surmonter tous les obstacles », a-t-elle déclaré à Diyaruna.

Al-Siraj a souligné l'importance qu'il y a à apporter une aide « aux femmes soutiens de famille, et à toutes celles qui ont été affectées par le terrorisme et la violence ».

« Notre but est de faire ce que nous pouvons pour elles et de nous tenir à leur côté parce qu'elles méritent une attention et un suivi importants », a-t-elle poursuivi, faisant part de son espoir de voir les femmes mieux représentées dans le prochain gouvernement.

« Les femmes sont fortement représentées au parlement, et il doit en être de même pour la branche exécutive », a ajouté al-Siraj.

« Le rôle influent des femmes »

« Nous espérons que les femmes qui font leur entrée dans l'arène politique apporteront des changements radicaux pour l'intérêt public », a déclaré pour sa part Leila al-Barazanchi, députée de l'Union patriotique du Kurdistan.

« Nous ne voulons pas d'une présence marginalisée qui se contente de cocher une case », a-t-elle déclaré à Diyaruna. « Nous envisageons plutôt un rôle actif et influent pour les femmes. »

« Les femmes ont accompli à ce jour de nombreuses choses dans l'Histoire de l'Irak, et ce n'est que le commencement », a-t-elle ajouté, soulignant que les femmes continueront à contribuer au développement de leurs communautés.

Aziz Abid, 53 ans et originaire du quartier al-Baladiyat à Bagdad, a expliqué à Diyaruna qu'il votera pour le candidat le plus qualifié, que ce soit un homme ou une femme.

Nombre de candidates ont un long passé au service de leur pays, a-t-il indiqué, ajoutant qu'il « n'hésitera pas à voter pour l'une d'entre elles » pour le représenter au parlement.

Ruaa Hassan, habitante du quartier al-Dora à Bagdad âgée de 37 ans, a affirmé à Diyaruna qu'elle accordera sa voix au plus qualifié, homme ou femme, faisant part de son espoir de voir plus de femmes accéder à des postes élevés au sein du gouvernement.

Aimez-vous cet article?
1
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha