https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/05/02/feature-01

×
×
Élections |

À l'approche des élections, les Irakiens espèrent le changement

Khalid al-Taie

image

Un Irakien vient s'inscrire pour les élections dans un bureau de vote de la province de Najaf. [Photo fournie par la Haute Commission électorale indépendante à Najaf]

Des électeurs irakiens expliquent à Diyaruna qu'ils espèrent que les prochaines élections législatives, prévues le 12 mai, insuffleront un véritable changement, notamment en ce qui concerne l'amélioration des services publics.

Ce sont au total 7 367 candidats qui s'affronteront pour les 329 sièges que compte le parlement.

Ils présentent des programmes politiques qui mettent l'accent sur la lutte contre la corruption, l'amélioration de l'action gouvernementale dans le secteur des services, la reconstruction des infrastructures dans les zones libérées de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), et l'indemnisation des victimes du terrorisme, entre autres points.

« On peut voir des photos des candidats partout », a rapporté à Diyaruna Ahmed Sabri, un chauffeur de taxi de 51 ans originaire de Ramadi. « Tout ce que nous leur demandons, c'est qu'ils améliorent les services publics et qu'ils s'occupent des plus démunis. »

image

Un employé irakien du bureau de la Haute Commission électorale indépendante explique le processus de vote à un groupe de femmes. [Photo fournie par le bureau de la HCEI à Salaheddine]

« La victoire sur le terrorisme est actée », a-t-il poursuivi, ajoutant que la reconstruction des villes libérées et le soutien aux personnes qui reviennent restent des problèmes, pour lesquels « les responsables politiques élus doivent trouver des solutions radicales ».

« Le changement est possible »

« Le changement est possible si les électeurs choisissent avec soin ceux qui les représenteront », a expliqué Firas al-Shimmari, étudiant de 21 ans à l'université de Bagdad.

Les électeurs doivent faire ce choix avec soin, pour veiller à ce que les candidats qu'ils choisiront soient « les plus compétents pour diriger le pays et en mesure de relever les défis de l'étape suivante », a-t-il expliqué à Diyaruna

Il est important de voter pour le meilleur, a reconnu pour sa part Baydaa al-Fadhil, une ménagère.

« Toutes les campagnes électorales sont porteuses de promesses, mais l'important, ce ne sont pas ces promesses en soi, mais celles que tient le candidat », a ajouté cette femme de 34 ans originaire du quartier d'al-Shurta à Bagdad.

« C'est ce que nous devrions rechercher. »

« Nous devons examiner attentivement le programme de chaque candidat avant de prendre une décision », a-t-elle expliqué à Diyaruna.

Espoirs pour le futur

« Nous espérons que les prochaines élections feront apparaître une classe politique plus à même de servir le peuple », a indiqué à Diyaruna Mahmoud Zeidan al-Obaidi, candidat du parti de la Coalition arabe dans la province de Kirkouk.

De nouveaux candidats et de nouvelles alliances politiques présentent des idées ambitieuses et des plans de développement dans l'ère post-EIIS, a-t-il expliqué, cherchant à mener l'Irak vers la stabilité et la reconstruction.

Le changement est difficile mais pas impossible, a-t-il ajouté, indiquant que « nous venons de sortir d'une guerre sanglante contre les terroristes et de libérer notre pays, ce qui nous incite à servir notre pays ».

Les candidats et les alliances politiques qui s'affrontent pour les prochaines élections feront surgir une nouvelle scène politique, a expliqué Almas Fadhil Agha, candidate du parti de l'Union patriotique du Kurdistan.

Cela servira les intérêts du pays, a-t-elle affirmé à Diyaruna.

« Il existe un sentiment de mécontentement chez les citoyens en ce qui concerne la situation actuelle », a déclaré Ahmed al-Asadi, candidat de la coalition al-Fatah.

Ce sentiment est « justifié », a-t-il indiqué à Diyaruna.

« Nous sommes chargés de motiver les gens pour qu'ils aillent voter, car il s'agit du processus démocratique dont ils disposent pour apporter des changements aux niveaux politique, économique et des services dans notre pays », a-t-il poursuivi.

Al-Asadi a conclu en indiquant espérer que ces élections déboucheront sur une plus forte unité de l'Irak, et que le nouveau gouvernement qui en sortira travaillera à mettre en œuvre des programmes de réforme.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire