NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

Tahrir al-Sham subit des pertes dans la Ghouta orientale

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des enfants et des femmes de la ville de Babila, dans la banlieue sud de Damas, manifestent mardi 2 janvier pour exiger que les groupes extrémistes armés quittent leur zone. [Photo fournie par Mohammed al-Beik]

Tahrir al-Sham a subi de lourdes pertes humaines et matérielles lors des combats en cours dans la région de la Ghouta orientale près de Damas, ont déclaré des activistes à Diyaruna jeudi 4 janvier.

Des combats féroces ont éclaté à la fin de la semaine dernière dans la Ghouta orientale lorsque les combattants de Tahrir al-Sham ont refusé de se retirer à la ville d'Idlib et ses environs, a indiqué le militant Mohammed Al-Beik du comité de coordination de la Ghouta orientale.

Ceux-ci ont violé un accord de réconciliation les obligeant à partir avec leurs familles en échange d'un arrêt du bombardement de la région, a-t-il expliqué à Diyaruna.

La plupart des factions de l'opposition dans la région, dont la majorité étaient des extrémistes tels que Tahrir al-Sham, Jaish al-Islam et Jaish al-Ababil, ont pris part aux affrontements.

image

Un militant armé se tient à l'intérieur d'un bâtiment à Harasta, au nord-est de Damas, où de violents combats ont fait de nombreuses victimes dans les rangs de Tahrir al-Sham. [Photo fournie Mohammed al-Beik]

Mais les pertes de Tahrir al-Sham ont été les plus lourdes, car l'alliance extrémiste - dominée par l'ancien Front al-Nosra (FAN) - est la plus importante en termes de nombre de combattants et de territoire contrôlé, a ajouté al-Beik .

"Les combats les plus féroces ont eu lieu à l'intérieur et autour de la ville de Harasta, qui abritent plusieurs bâtiments des unités de l'armée syrienne et des services de sécurité du régime", a-t-il expliqué .

Tahrir al-Sham a pu occuper cette zone et assiéger environ 200 officiers et soldats du régime dans un bâtiment d'enquête criminelle, a-t-il ajouté.

Mais les forces du régime et les milices alliées ont pu jeudi entrer dans la zone, levant le siège et tuant plus de 30 éléments de Tahrir al-Sham de diverses nationalités.

Les militants des revendications publiques se retirent

Les combats ont éclaté de manière inattendue, après que la population locale ait espéré que le calme reviendrait une fois que les combattants extrémistes auraient quitté la zone, a noté al-Beik.

Les combats ont transformé l'opinion publique dans la région, qui a été assiégée par le régime syrien pendant des mois, contre les groupes militants, at-il ajouté.

Certaines villes ont vu des manifestations demandant aux militants de se retirer - notamment la ville de Babila - où un groupe important de femmes a manifesté pour exiger que Jaish al-Islam et Jaish al-Ababil quittent leur zone.

Jaish al-Islam a tenté de disperser la manifestation de jeudi par la force, ouvrant le feu pour intimider les manifestants, a-t-il dit, blessant un certain nombre d'entre eux, y compris les enfants qui participaient à la manifestation.

Une autre manifestation mardi a été dispersée de la même manière, a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500