Terrorisme

L'Irak répare les lignes électriques endommagées par l'EIIS

Khalid al-Taie

image

Un pylône électrique à l'est de Bagdad avait été endommagé lors d'une attaque de l'EIIS le 28 avril. [Photo fournie par le ministère irakien de l'Électricité]

Le ministère irakien de l'Électricité a rétabli les lignes de distribution électrique qui avaient été endommagées par les derniers éléments de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) dans les régions du nord du pays en avril, a indiqué un responsable du ministère à Diyaruna, ce mercredi 6 mai.

Les employés du ministère ont ainsi réparé six lignes de transport qui étaient hors service depuis qu'elles avaient été endommagées par des engins explosifs improvisés (EEI) le 28 avril, a indiqué le porte-parole du ministère Ahmed Moussa.

Des militants avaient placé ces EEI près des pylônes de transmission et des postes de distribution électrique, a-t-il précisé à Diyaruna.

Ces attaques avaient occasionné une perte de plus de 2000 mégawatts d'électricité, et avaient affecté l'alimentation de vastes zones de l'est et du nord de Bagdad, ainsi que dans les provinces de Diyala et de Salaheddine, a-t-il ajouté.

image

Des employés de la province de Ninive réparent un transformateur électrique le 22 mars à Mossoul, où le secteur de l'électricité avait souffert de sérieux dommages durant la guerre contre l'EIIS. [Photo fournie par la Direction de la distribution électrique de Ninive]

« Grâce aux efforts exceptionnels mis en œuvre, nous avons été en mesure de rétablir les lignes 1 et 2 à l'est de Bagdad, et la ligne d'alimentation de 400 kilovolts entre Mirsad et Diyala, qui alimente Diyala et la ligne Muqdadiya-barrage de Hamrine », a-t-il poursuivi.

De plus, les lignes Abdoullah-al-Dour et Abdoullah-North Samarra dans la province de Salaheddine ont retrouvé leur capacité de 132 kilovolts chacune, a expliqué Moussa.

Perturber l'alimentation électrique

L'EIIS continue de viser les lignes de transport électrique, avec notamment une attaque contre la ligne al-Mansouriya-Diyala, mardi, a déclaré Moussa, soulignant que le personnel travaillait actuellement à sa réparation.

Il s'agit d'une très importante ligne de transport d'une capacité de 400 kilovolts, dont les pylônes ont été soufflés par des attaques terroristes similaires ces dernières années.

Ces attaques terroristes visant à saboter les infrastructures du secteur de l'électricité « n'ont cessé de s'intensifier », a expliqué Moussa, et « les gangs de l'EIIS ont été perturbés par les victoires que nous avons remportées pour fournir aux habitants de l'électricité 24 heures sur 24 ».

Ces militants « cherchent maintenant à entraver les progrès dans ce secteur et à perturber la vie des habitants, en particulier dans les villes libérées », a-t-il poursuivi.

Moussa a demandé aux forces de sécurité de « redoubler d'efforts pour protéger les lignes de transport et les installations d'approvisionnement, notamment dans les zones reculées ».

Il est très difficile de sécuriser ces lignes par les moyens traditionnels, car « il n'est pas toujours possible de déployer des patrouilles de sécurité et des postes fixes sur toute leur longueur », a-t-il ajouté, précisant qu'une seule de ces lignes peut avoir près de 400 kilomètres de long et comprendre au moins 480 pylônes.

« De même, certaines traversent des zones isolées qui ne présentent pas une couverture de sécurité suffisante, comme les régions des cascades dans la province de Ninive, les monts Hamrine et le Wadi Houran dans l'Anbar », a-t-il poursuivi.

Moussa a souhaité en conclusion un usage renforcé de « systèmes de surveillance modernes,comme des caméras thermiques et des drones, pour assurer l'entière protection des lignes électriques ».

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500