https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/10/14/feature-01

×
×
Sécurité |

L'Irak veut reprendre le contrôle du désert de l'Anbar

Khalid al-Taie

image

L'armée irakienne et les forces tribales incendient un retranchement de l'EIIS dans le désert de l'Anbar, le 25 septembre. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Le ministère irakien de la Défense a renforcé sa tactique de consolidation du contrôle qu'il exerce sur le désert de l'Anbar, où une série de récentes opérations militaires ont fortement réduit les capacités de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Pendant des années, ce vaste désert occidental, qui représente plus du tiers de la superficie totale du pays, a servi d'incubateur pour les extrémistes, qui ont pu rester cachés à la rugosité de sa topographie.

Mais ces dernières semaines, les forces irakiennes participant à l'opération Volonté de victoire ont réussi à conduire la plus vaste opération de ratissage de ce type dans le désert occidental, et imposent une forte pression sur les derniers éléments de l'EIIS.

Cette campagne a atteint ses objectifs, a déclaré à Diyaruna le major général Tahseen al-Khafaji, porte-parole du ministère, et les forces participantes ont « pu fouiller, purger et sécuriser de vastes régions de ce désert le long de plusieurs axes ».

image

Des officiers irakiens participent à une opération de sécurité destinée à débarrasser le désert de l'Anbar des derniers éléments de l'EIIS avec l'aide des habitants locaux, le 9 janvier 2018. [Photo fournie par les gardes-frontières irakiens]

« Mais notre mission ne s'arrête pas là », a-t-il ajouté, et beaucoup reste à faire.

Base de données d'informations sécuritaires

« Nous nous efforçons aujourd'hui de développer notre tactique visant à resserrer notre emprise sur la sécurité dans le désert et répondre à toute nouvelle tentative de l'ennemi d'échapper au ciblage ou de mener des activités terroristes », a-t-il précisé.

Dans le cadre de ces mesures, « nous constituons une base de données contenant des informations de sécurité détaillées » obtenues durant la campagne Volonté de victoire.

Cette base de données contient des informations relatives à la mort et à l'arrestation de nombreux leaders et éléments de l'EIIS et à la localisation de leurs caches, a-t-il expliqué, et est analysée pour faciliter les opérations futures.

L'opération Volonté de victoire a rapidement atteint ses objectifs grâce aux informations et à l'assistance fournies par les citoyens irakiens, a-t-il continué.

Une bonne communication avec la population locale est déterminante pour obtenir les renseignements les plus précis sur les déplacements des éléments restants de l'EIIS, a-t-il ajouté.

Une fois ces informations en main, a-t-il poursuivi, « les missions de suivi et de traque mettent à profit les toutes dernières technologies de surveillance pour localiser les derniers terroristes dans le désert, suivre leurs communications et leur correspondance et infiltrer leurs rangs ».

Les forces irakiennes ont l'intention « d'augmenter le nombre d'opérations aéroportées contre des objectifs choisis et de mener des missions spécifiques à fort impact », a ajouté al-Khafaji.

Ces opérations ont déjà commencé à produire des résultats, a-t-il expliqué, soulignant que les premiers succès comprennent la saisie d'un système de missile guidé anti-blindage sophistiqué, de plateformes de lancement et d'armes trouvés dans une maison de repos à Wadi Houran.

Cette découverte avait été faite le 20 septembre par une unité de la 38e brigade de la 8e division de l'armée de terre, a-t-il précisé.

Plus un refuge

Les zones désertiques de l'Anbar étaient autrefois les « refuges les plus sûrs » pour l'EIIS, a expliqué à Diyaruna le chef tribal de l'Anbar Qatari Samarmad al-Obeidi.

« Avant le déclenchement de l'opération Volonté de victoire, les terroristes tentaient de se regrouper et de reprendre leurs activités à partir des régions désertiques, en particulier Wadi Houran », a-t-il indiqué. « Mais ces opérations les ont désorganisés et ont fait échouer leurs plans. »

« La plupart des oueds et des zones du désert, au premier rang desquelles Houran, al-Qathf, Samil, al-Dabaa, l'ouest de Kubaysah, ont été inspectés durant ce ratissage », a-t-il précisé, et des dizaines de tunnels et d'abris de l'EIIS ont été détruits par les frappes aériennes.

« Le passage à une nouvelle phase d'efforts sécuritaires repose sur l'assurance que nous conservons le contrôle du désert », a poursuivi al-Obeidi.

Cela se fera « en poursuivant et en développant les opérations préventives, de renseignement et de reconnaissance », a-t-il ajouté.

Les forces irakiennes ont consenti un effort colossal pour sécuriser les régions désertiques, a expliqué à Diyaruna Naeem al-Koud, président de la commission pour la sécurité du conseil provincial de l'Anbar.

Les forces de sécurité « ont réussi, avec le soutien des renseignements, à procéder à des frappes chirurgicales contre les repaires camouflés et cachés des terroristes », a-t-il continué.

Ces opérations comportaient « des efforts de recherche et de traque à grande échelle », a-t-il ajouté, suivis d'efforts pour tenir le terrain avec le déploiement de patrouilles de sécurité et la mise en place de positions fortifiées.

Des techniques sophistiquées ont été utilisées pour obtenir et vérifier les informations de sécurité, a-t-il ajouté, et pour frapper des cibles ennemies spécifiques.

Pour améliorer encore la situation sécuritaire, a poursuivi al-Koud, les efforts visant à réintégrer 7 000 membres des forces de police de l'Anbar qui avaient été renvoyés pour non-occupation de leur poste lorsque l'EIIS avait pris la province en 2014, doivent être accélérés.

Le retour de ces personnels dans le service « allégera la charge pesant sur les forces d'active et nous donnera des capacités renforcées pour maintenir la sécurité dans le désert », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
2
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha