NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

Les habitants d'al-Qaim accusent l'EIIS de "détenir de force" leurs fils

Par Khalid al-Taie

image

Les combattants tribaux locaux aident à maintenir la sécurité dans la ville récemment libérée d'al-Qaïm, dont les habitants rapportent que des centaines de leurs fils ont été détenus de force par "l'Etat islamique en Iraq et en Syrie" pendant son contrôle. [Photo fournie par les Brigades tribales de Haditha]

A la suite de la défaite du groupe de "l'Etat islamique en Iraq et en Syrie" (EIIS) à al-Qaïm, des habitants désespérés signalent que l'EIIS a détenu de force leurs fils et leurs proches dans des prisons secrètes et qu'ils ne connaissent toujours pas leur sort.

Les forces irakiennes ont capturé le 3 novembre al-Qaim, la plus grande ville sous le contrôle du groupe en Irak.

Le commandant des forces tribales de Haditha, Cheikh Awad Saeed al-Joughaifi, a déclaré à Diyaruna qu'il a récemment rencontré un nombre de locaux qui vivaient sous le contrôle du groupe à al-Qaim.

Une femme âgée lui a dit que des éléments de l'EIIS avaient emmené son fils de chez lui il y a environ un an et qu'elle ne sait pas s'il était encore en vie.

Un autre habitant a déclaré que le sort de son frère était inconnu depuis son arrestation par des éléments de l'EIIS il y a neuf mois.

"La plupart des disparus étaient d'anciens membres des forces de sécurité ou des employés du gouvernement", a déclaré al-Joughaifi.

L'EIIS les avait accusés de collaborer avec le gouvernement irakien en fournissant des informations sur le groupe, a-t-il dit.

Des centaines de disparus

Les habitants d'al-Qaïm confirment "la disparition de plus de 1 600 de leurs fils" depuis que l'EIIS a pris le contrôle de leur ville à la mi-2014, a-t-il dit.

Le groupe a généralement tenu ses détenus pendant quelques jours pour les interroger à al-Qaim, selon les habitants.

"Ils seraient ensuite expulsés par groupes de 50 à 150 hommes, et parfois plus, vers des centres de détention ou des prisons secrètes en Syrie, après quoi les nouvelles à leur sujet ont complètement cessé", a déclaré al-Joughaifi.

L'EIIS n'a pas les ressources pour garder un grand nombre de détenus en vie dans ses prisons ou dans son quartier général, a-t-il dit, notant que les résidents n'étaient pas autorisés à se renseigner sur le sort de leurs proches.

"Les forces irakiennes ont découvert une cachette qui servait de lieu de détention dans les banlieues du quartier du 7 avril à al-Qaim, le , qui contenait des menottes, des chaînes et des outils de torture", a-t-il indiqué.

La cachette comprenait également des documents et une liste de sept personnes qui ont été tuées, a-t-il ajouté.

Aucune trace de ces victimes de disparition forcée n'a été trouvée jusqu'à présent à al-Qaim, ou à travers la frontière dans les villes syriennes récemment recapturées à l'EIIS.

Un seul détenu a été retrouvé lors d'opérations de recherche à al-Qaim, dans le district d'al-Baghdadi, a déclaré à Diyaruna le commandant de la mobilisation tribale, Cheikh Qatari al-Samarmad.

Mohammed al-Mahalawi, un captif âgé de 12 ans, a été arrêté par l'EIIS 10 jours avant la reprise d'al-Qaïm par les forces irakiennes, a-t-il ajouté.

Les Irakiens libérés racontent des "détails horribles"

Les habitants locaux ont rapporté que l'EIIS avait détenu environ 400 de leurs fils dans une prison secrète de Saada à al-Qaim pour avoir collaboré avec les forces irakiennes et pour déloyauté envers le groupe, a indiqué Samarmad.

Avant l'avancée des forces irakiennes vers al-Qaim, l'EIIS a transféré ces détenus dans la ville syrienne d'Albou Kamal, a-t-il ajouté.

"La prison était vide après sa découverte", a déclaré Samarmad, ajoutant que "nous ne savons pas ce qui est arrivé à ceux qui étaient là après leur transfert".

L'EIIS a commis d'innombrables crimes, a déclaré Naeem al-Koud, membre du conseil provincial de l'Anbar, à Diyaruna.

"Dans chaque ville libérée, les habitants ont raconté des détails horribles d'abus graves, d'exécutions massives, d'arrestations et de disparitions forcées, ainsi que des campagnes de torture et de répression", a-t-il dit.

"Nous avons perdu beaucoup de victimes aux mains des terroristes, certains d'entre eux ont été retrouvés dans des fosses communes, d'autres ont disparu", a-t-il souligné.

L'EIIS a été vaincu mais les conséquences tragiques de son règne demeurent, a-t-il dit.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500