Sécurité

Nouveau recul de Daech dans les monts Hamrine Irak

Par Khalid al-Taie

image

Des soldats irakiens se déploient dans les monts Hamrine dans le cadre d'une opération militaire destinée à traquer les éléments de « l'État islamique ». [Photo extraite de la page Facebook du commandement de la police de Diyala]

« L'État islamique » (Daech) ne dispose désormais plus de havre de sécurité dans les monts Hamrine, alors que des rapports confirment que des opérations militaires intensives et des frappes aériennes ciblées l'ont fait chanceler et l'ont laissé sans nul endroit où se cacher.

Daech avait profité du terrain accidenté de la région pour occuper un vaste territoire entre les provinces de Diyala, Salaheddine et Kirkouk, s'y cacher et y monter des attaques contre les villes de la région à partir de ses repaires.

Le groupe cherchait depuis longtemps à pouvoir accéder aux monts Hamrine, car la nature du terrain et l'abondance de vergers en faisaient un lieu sûr pour que ses combattants puissent s'y cacher et s'y regrouper, a expliqué le responsable média de la police de Diyala, le colonel Ghaleb al-Attiyah.

« Mais aujourd'hui, la zone n'est plus un lieu sûr pour les activistes, notamment ceux qui fuient les batailles pour la libération », a-t-il précisé à Diyaruna.

« En coopération avec le commandement des opérations sur le Tigre, l'armée et les combattants locaux, nos forces ont lancé plusieurs opérations militaires destinées à débarrasser la région des terroristes et à détruire leurs repaires et leurs camps », a-t-il poursuivi.

Ces opérations « ont été de grands succès », a-t-il ajouté.

Opération de sécurité à Hamrine

« La plus récente de ces opérations a eu lieu le 9 septembre, lorsque nous avons réussi à abattre quatorze terroristes qui portaient des ceintures explosives et à détruire quatre de leurs repaires, appelés maisons de passage, qu'ils utilisaient pour la préparation de leurs kamikazes », a expliqué al-Attiyah.

Les forces de sécurité ont ratissé de vastes zones de Hamrine, d'Imam Weiss à Naft Khana, dans le nord-est de Diyala, a-t-il précisé.

La surveillance aérienne a permis de découvrir et de détruire des repaires cachés qui n'étaient pas visibles depuis le sol, a-t-il ajouté, et d'empêcher les activistes de se déplacer librement.

« Cela ne veut pas dire que la menace a été totalement éradiquée, car il reste ici ou là des activistes qui se cachent dans la région, bien qu'ils soient peu nombreux et faiblement armés », a-t-il poursuivi.

Mais ces résidus sont « totalement démoralisés », a-t-il indiqué, « incapables de lancer des attaques majeures, et ne peuvent mener que des opérations de type guérilla ».

« Mais même s'ils adoptent cette tactique, qu'ils utilisaient il y a des années, nous sommes prêts à y répondre », a-t-il mis en garde. « Les terroristes n'ont d'autre choix que de se rendre, sans opposer de résistance, ou être tués. »

Surveillance des mouvements de Daech

Des articles parus dans les médias indiquent que quelques centaines d'éléments de Daech se cachent dans les vallées et les zones reculées de Hamrine.

Les activistes qui restent se cachent « par petits groupes de cinq ou six combattants au maximum », a précisé Abdoul-Khaliq al-Azzawi, vice-président de la commission de sécurité du conseil provincial de Diyala.

Les opérations de recherche et de destruction ont épuisé les éléments de Daech, leur ont infligé de lourdes pertes humaines et matérielles, et les ont rendus vulnérables, a-t-il indiqué à Diyaruna.

Leurs positions et leurs mouvements sont surveillés depuis les airs, et ils sont traqués au sol, a-t-il ajouté.

Mais le groupe « est encore présent dans les monts Hamrine, dans les régions d'al-Azim, al-Mansouriya et au nord d'al-Muqdadiya, et cette présence représente une menace pour les habitants », a expliqué al-Azzawi.

« Des bandes éparpillées de combattants »

La force de Daech dans la région de Hamrine a disparu et ses éléments ne sont désormais « rien d'autre que des bandes de combattants retranchés dans des repaires cachés », a expliqué l'expert en stratégie Ahmed al-Sharifi.

« Ils n'ont plus suffisamment d'armes et de moyens pour s'implanter, briser les lignes [de défense] ou attaquer les villes et les villages », a-t-il indiqué.

Le groupe a répondu à cette défaite en harcelant les forces de sécurité par des attaques ponctuelles, a-t-il expliqué à Diyaruna.

Par ces attaques sporadiques, Daech a tenté de perturber la situation sécuritaire et de gagner du temps avant le déclenchement de la vaste opération militaire pour la libération d'al-Hawija et des régions de l'ouest de Kirkouk, a précisé al-Sharifi.

Ils fuient ces zones en direction des monts Hamrine et de l'est de la province de Salaheddine, a-t-il ajouté.

Si la situation dans les monts Hamrine n'est pas réglée, a-t-il expliqué, les activistes qui y restent continueront à représenter une menace, même après la fin des opérations militaires.

Aimez-vous cet article?
4
2 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)

Que Dieu bénisse les bons efforts et notre Etat libre et démocratique d'Irak!

Répondre

O, Dieu, donnez-nous la victoire et apportez la paix à notre cher Irak! O Dieu, garde nos courageux soldats et tous ceux qui défendent la terre de notre patrie!

Répondre