NOUVELLES D’IRAK
Sécurité

Dhi Qar renforce la sécurité après les attaques de l'EIIS

Par Alaa Hussain à Bagdad

image

Le personnel de sécurité se trouve près des restes d'une voiture utilisée dans un attentat-suicide de 'l'Etat islamique en Irak et en Syrie' le 14 septembre sur un restaurant et un point de contrôle de sécurité sur l'autoroute internationale à Nasiriyah. [Photo du site de la police de Dhi Qar al-Sahroon]

À la suite de la récente double attaque à Nasiriyah, la capitale provinciale de Dhi Qar et les autorités de sécurité locales et fédérales ont intensifié les mesures de sécurité pour protéger les civils contre d'éventuelles violences.

Le 14 septembre, des hommes armés et des kamikazes de "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) ont perpétré un double attentat meurtrier , en commençant par un restaurant sur l'autoroute internationale à l'ouest de Nasiriyah.

Sortant de leur véhicule, ils ont ouvert le feu sur les femmes, les enfants et les personnes âgées qui étaient au restaurant.

Ils ont ensuite passé à un point de contrôle de sécurité à proximité et ont fait explosé une voiture piégée qui était stationnée à côté de véhicules civils.

Les attaques ont fait 84 morts et 93 blessés, dont la plupart étaient des civils, y compris un grand nombre d'enfants.

Renforcer la sécurité dans les zones éloignées

Les responsables de la sécurité ont déclaré que l'EIIS semble avoir ciblé ce secteur parce qu'il se trouvait sur une route, avec une présence de sécurité plus faible et moins de points de contrôle, avec des routes reliées aux zones désertiques qui pourraient servir de base aux opérations du groupe.

L'EIIS n'a pas infiltré les villes en raison de la sécurité étroite en place aux points d'entrée, alors il a ciblé des zones sur les autoroutes et dans le désert, a annoncé le président du comité de sécurité du conseil provincial de Dhi Qar, Jabbar al-Mousawi.

"Le groupe terroriste, EIIS, qui a réclamé la responsabilité de l'attaque, a ciblé des civils sur une route externe qui relie Basra à Dhi Qar, al-Mouthana et d'autres provinces dans la partie occidentale du pays", a-t-il expliqué à Diyaruna.

"C'est une route qui traverse principalement des zones désertiques", a-t-il dit.

Après les attentats, le ministère de l'Intérieur, par l'entremise des autorités de sécurité de Bagdad et de Nasiriyah et du Commandement des opérations d'al-Rafidayn, qui supervise la sécurité dans les provinces du sud, a mis en place une «nouvelle carte de route», a fait savoir Al Mousawi.

Cela diffère des plans de sécurité précédents car il exploite les lacunes dans la couverture de sécurité et les mouvements d'extrémistes dans les régions éloignées, a-t-il expliqué.

Jusqu'à présent, a-t-il déclaré: "70% des nouveaux plans, confidentiels, ont été achevés et seront mis en œuvre sur le terrain après l'achèvement complet et l'approbation officielle".

Personnel et équipement de sécurité

"Une fois les plans mis en place, on s'attend à ce que la situation de sécurité à l'intérieur des villes et au-delà soit stabilisée", a signalé Al-Mousawi.

Sans entrer dans les détails, a-t-il indiqué, le plan «vise à protéger les restaurants sur les routes extérieures et à surveiller le mouvement des véhicules sur les routes internationales, en plus de renforcer la sécurité aux points de contrôle le long des routes extérieures et de coordonner le mouvement des convois militaires et de vérifier leur identité".

Al-Mousawi a appelé le gouvernement fédéral à ne pas se concentrer sur la sécurité à Bagdad au détriment des autres provinces.

Il a déclaré que 5 000 agents de sécurité supplémentaires sont nécessaires pour soutenir la police à Dhi Qar et a noté que son poste de police est responsable de l'établissement pénitentiaire de Nasiriyah ,l'une des plus grandes prisons du pays.

"Les terroristes irakiens et étrangers les plus dangereux" y purgent leurs peines, a-t-il dit.

Al-Mousawi a demandé des équipements de détecteurs pour aider à détecter les explosifs - qui pourraient être installés aux points d'entrée de la ville et le long des routes externes dans le but de détecter les voitures piégées - et des chiens de police formés pour renifler les explosifs.

La guerre actuelle est une question d'information et de renseignement, a-t-il ajouté, demandant au gouvernement fédéral de soutenir les services de renseignement dans la province en fournissant davantage de formation et d'équipement.

Le député irakien Hakim al-Zamili, qui préside le comité de sécurité parlementaire, a déclaré à Diyaruna "qu'une faible présence de renseignements et le manque d'informations étaient les raisons pour lesquelles la dernière faille de sécurité a eu lieu à Nasiriyah".

Les provinces du Sud de l'Irak, y compris Dhi Qar, ont vraiment besoin d'efforts accrus en matière de sécurité et de cours formations intensifs, a-t-il dit, sans parler des équipements spéciaux, qui aideront à prévenir les attaques dans le futur.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500