Terrorisme

Les forces irakiennes éliminent des kamikazes de l'EIIS à Mossoul

Par Khalid al-Taie

image

Des soldats irakiens sauvent une vieille femme sous les décombres dans la vieille ville de l'ouest de Mossoul. [Photo de la page Facebook du centre médiatique de Ninive]

Plus d'une dizaine de femmes-kamikazes ont été interceptées et tuées dans l'ouest de Mossoul cette semaine, a déclaré vendredi 7 juillet le Service antiterroriste irakien (SAT).

"Au cours des trois derniers jours, nos forces ont déjoué des attentats par des femmes-kamikazes de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) que le groupe a envoyées pour empêcher la libération de la vieille ville de Mossoul", a déclaré à Diyaruna le porte-parole du SAT, Sabah al-Nouman.

Les militants de l'EIIS restent barricadés dans la vieille ville, a-t-il dit.

"Nous avons tué au moins 17 [femmes-kamikazes] qui ont essayé de se faire exploser contre nos forces et les résidents qui fuient les zones de combats", a-t-il déclaré.

La plupart des personnes tuées sont des "non-Irakiens ou des épouses de combattants l'EIIS qui ont été tués par les forces de libération ou ont perpétré des attaques suicides", a indiqué Al-Nouman.

La dernière carte

"Le groupe utilise les femmes comme arme dans la bataille, en recourant à sa dernière carte disponible dans le but de maintenir les dernières poches encore sous son contrôle", a-t-il souligné.

"C'est un signe de défaite", ajoute-t-il.

Les forces du SAT ont infligé de lourdes pertes au groupe cette semaine, tuant plus de 900 hommes armés barricadés dans les anciennes allées, a précisé Al-Nouman.

"Certains voulaient fuir à travers le fleuve du Tigre et s'infiltrer dans l'est de Mossoul", dit-il, "mais nos forces étaient vigilants".

Avant d'autoriser les hommes fuyants à traverser des zones sécurisées, les forces irakiennes leur demandent de retirer leurs chemises pour s'assurer qu'ils ne portent pas de ceinture explosive.

Cependant, ils font face à une difficulté à chercher des femmes.

Les hommes armés de l'EIIS exploitent ce facteur en s'habillant comme femmes pour échapper avec les résidents en fuite ou pour effectuer des attentats-suicides dès qu'ils s'approchent des unités militaires.

"Il y a encore d'autres hommes et femmes kamikazes dans la vieille ville", a déclaré Al-Nouman, "Nous ne leur permettrons pas de menacer les civils non armés ou d'attaquer nos forces".

"Nous luttons depuis des semaines dans un champ de bataille qui devient de plus en plus compliqué, mais nous sommes sur le point d'accomplir la mission", a-t-il affirmé.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500