Droits de l'Homme

Une vague de chaleur tue 3 enfants dans le camp d'al-Raukban

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les maisons de boue chevauchent le camp du désert d'al-Raukban sur la frontière jordanienne avec la Syrie. Une forte vague de chaleur associée à une pénurie d'eau dans le camp a tué trois réfugiés syriens depuis le 4 juillet. [Photo fournie par Tariq al-Nuaimi]

Une vague de chaleur a coûté la vie à trois enfants dans le camp d'al-Raukban, un centre informel de réfugiés syriens dans la zone militaire fermée sur la frontière jordanienne, et a donné lieu à des dizaines de maladies liées à la chaleur.

Trente de ceux qui sont touchés sont en état critique, ont déclaré des militants à Diyaruna, notant que la grave pénurie d'eau potable dans le camp du désert était un facteur décisif dans la crise.

La chaleur, qui a dépassé 40 degrés Celsius, a été bien supérieure à la moyenne saisonnière, ont rapporté les médias locaux.

Les températures brûlantes dans une zone où il y a peu d'abri contre le soleil, jumelées avec une pénurie d'eau, ont eu un impact dévastateur sur la santé des réfugiés syriens, notamment les enfants, a déclaré Tariq al-Nuaimi, secouriste au camp.

image

Une section du camp d'al-Raukban a été frappée par un attentat suicide commis par "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" le 15 mai. [Photo fournie par Tariq al-Nuaimi]

Depuis mardi 4 juillet, il a déclaré à Diyaruna que la mort de trois enfants a été directement causée par la chaleur.

"Plus de 80 enfants ont été envoyés dans les cliniques médicales du camp où ils continuent à recevoir des soins pour divers symptômes liés à la chaleur, et 30 restent dans un état critique", a-t-il ajouté.

Les adultes du camp ont également été touchés par des maladies liées à la chaleur, a-t-il expliqué, qui comprennent la déshydratation, les vomissements, la fièvre, l'épuisement par la chaleur et les coups de chaleur, avec d'autres souffrant de diarrhée après avoir bu l'eau saumâtre.

Grave pénurie d'eau

La Jordanie a fermé la zone et l'a déclaré zone militaire il y a un an après un attentat-suicide de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) qui a tué sept soldats jordaniens et blessé 13 autres personnes dans un avant-poste militaire près du camp.

Le camp abrite plus de 75 000 réfugiés syriens, dont la plupart ont fui des zones sous le contrôle de l'EIIS telles que Deir Ezzor, al-Raqa et Al-Hasakeh.

"Al-Raukban est situé dans une zone désertique sans sources d'eau", a précisé Al-Nuaimi.

"L'eau est fournie par les camions-citernes et la source d'eau la plus proche se trouve à environ huit kilomètres du camp, une distance impossible à parcourir à pied à cause de la chaleur", a-t-il déclaré.

Les organisations humanitaires et de secours ont fait de leur mieux pour approvisionner le camp en eau potable, a-t-il fait savoir, maisL'augmentation constante de la population du camp et la pénurie d'aide humanitaire ont créé un énorme fossé.

"De nombreux vendeurs qui approvisionnent le camp en eau profitent de ces conditions pour vendre l'eau à des prix que seul un petit nombre de résidents du camp peuvent se permettre de payer", a déclaré Al-Nuaimi.

Le camp a besoin d'urgence de plus d'équipes médicales et d'équipes de secours, des lits de traitement élargis et des médicaments, et d'une source permanente d'eau, a-t-il expliqué.

"Les puits traditionnels pourraient être creusés pour répondre aux besoins du camp, ou les autorités pourraient au moins garantir que plus de camions -citernes fournisent de l'eau gratuitement aux résidents du camp", a-t-il ajouté.

Si les conditions ne changent pas, a-t-il averti, les conditions de santé se détérioreront.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)