Terrorisme

Les problèmes financiers de l'EIIL érodent sa capacité à combattre

Par Khalid al-Taie

image

Des éléments de la « police religieuse » al-hesba de « l'État islamique en Irak et au Levant » patrouillent sur le marché Saray à Mossoul, où le groupe impose des taxes aux commerçants. [Photo fournie par le Centre d'information de Ninive]

La capacité de combat de « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) a diminué à cause de l'importante baisse des revenus du groupe, déclarent des experts à Diyaruna.

La crise financière du groupe a affecté les salaires des combattants et les paiements en argent sale aux familles des morts, ont-ils expliqué. Cela a causé de la rancœur et de la colère dans les rangs et a eu un impact sur les performances des combattants.

Le groupe payait ses combattants entre 400 et 1 200 dollars par mois, mais maintenant « il ne peut même plus garantir un revenu stable », a indiqué Khalaf al-Hadidi, membre du conseil provincial de Ninive.

« La bataille pour Mossoul est presque terminée », a-t-il déclaré à Diyaruna. « Le groupe a déclaré sa défaite dans le centre de son 'califat', et cela signifie que nous avons détruit le dernier de ses bastions, qui lui apportait une source de financement importante. »

Depuis qu'il a capturé Mossoul en juin 2014, le groupe a compté sur le pétrole brut des champs d'al-Qayyara pour financer ses opérations, ses opérations de contrebande lui rapportant des millions de dollars chaque mois, a fait savoir al-Hadidi.

Le commerce d'objets archéologiques volés dans la région de Ninive constituait également une source importante de revenus, a-t-il continué, tout comme les taxes que l'EIIL imposait sur le transport et le commerce des autres biens entre les zones sous son contrôle en Irak et en Syrie.

À son apogée, cela fournissait un revenu considérable, a-t-il affirmé.

Salaires et moral en baisse

Les salaires en baisse ont rendu les combattants de l'EIIL aigris et mécontents, a expliqué al-Hadidi, notant que leurs problèmes économiques ont affecté leur moral au combat.

Certains combattants se sont mis à piller des maisons dans l'ouest de Mossoul, « tentant de voler tout ce qu'ils trouvent, comme de la nourriture et des effets personnels, sous prétexte que le groupe est en état de guerre et a besoin d'aide », a-t-il rapporté.

Pour tenter de motiver ses combattants, les prêcheurs du groupe ont essayé de justifier la baisse des salaires, a-t-il ajouté, en présentant l'idée que « l'argent n'est pas le but du combat » et qu'ils doivent se préparer à « encore pire à l'avenir ».

L'EIIL était à une époque généreux avec ses soldats, ce qui avait attiré beaucoup d'Irakiens pauvres dans ses rangs, a fait savoir à Diyaruna le député irakien Ammar Tumah.

Mais depuis que ses sources de financement se sont asséchées, il n'a plus la capacité de maintenir un contrôle total sur ses combattants, a-t-il déclaré, ce qui finira par menacer sa survie sur le terrain.

Selon un rapport du 17 février du Centre international d'études sur la radicalisation (CIER) basé à Londres, les revenus de l'EIIL provenant des taxes, des pillages et de la vente de pétrole sur le marché noir ont diminué de moitié par rapport à 2014.

Ce rapport révèle que le groupe a perdu le contrôle d'un grand territoire en Irak au cours des derniers mois, faisant tomber ses revenus de 1,9 milliard de dollars à 870 millions début 2016.

Les estimations faites par cette étude se basent sur des documents et des données de l'EIIL fournis par des autorités gouvernementales, des rapports préparés par des journalistes et des centres de recherche, et des interviews de responsables gouvernementaux et d'experts.

Les leaders quittent le navire avec l'argent

La campagne aérienne internationale visant les opérations de contrebande de pétrole et d'artefacts a joué un rôle majeur dans l'affaiblissement de ses défenses et l'abaissement du moral, a noté Tumah.

« Avec le début de la campagne militaire à Mossoul, nous avons entendu parler de hauts commandants qui abandonnent le groupe et s'échappent avec de grandes quantités d'argent », a-t-il rapporté.

« Cela a été un grave coup psychologique pour le reste de l'EIIL, dont les membres se sont retrouvés seuls sur le champ de bataille, sans commandement pour les guider et s'occuper d'eux et de leurs familles », a-t-il fait savoir.

Des échecs successifs ont révélé le véritable visage de l'EIIL « en tant que gang qui prospère grâce au meurtre et au pillage », a déclaré Issam al-Fayli, professeur de sciences politiques à l'université al-Mustansiriya.

« Ce groupe n'a eu aucun scrupule pour gagner de l'argent, et aujourd'hui il se vole lui-même », a-t-il affirmé à Diyaruna. « Les chefs du groupe quittent le navire et prennent l'argent avec eux, laissant leurs disciples à leur destin. »

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500