NOUVELLES D’IRAK
Société

Poursuite du siège de Madaya, les habitants réduits à des « squelettes ambulants »

Par Nohad Topalian à Beyrouth

image

Une femme et son enfant marchent dans la périphérie de la ville syrienne assiégée de Madaya le 11 janvier après avoir été évacués. [Louai Bechara / AFP]

Cela fait maintenant deux ans que le régime syrien et les forces du Hezbollah assiègent la ville de Madaya, laissant les habitants souffrir de graves pénuries de nourriture, de médicaments et des soins médicaux dont beaucoup ont désespérément besoin.

Plus de soixante personnes, pour la plupart des enfants, sont morts de faim et de malnutrition ces deux dernières années, ont expliqué à Al-Mashareq des professionnels de santé présents à Madaya.

« Depuis deux ans, nous vivons sous un siège total, et [nous sommes encore en vie] parce que même la mort nous manque », a déclaré Amina Yousouf al-Shammaa, native de Madaya, à Al-Mashareq.

« La nourriture ne peut entrer dans Madaya ; nous ne mangeons que du riz et du boulgour parce que les prix des légumes, des fruits et de la viande sont beaucoup trop élevés », raconte-t-elle.

Un jour, il y a environ un mois, Nisreen, 22 ans, la fille d'Amina, a ressenti une grave douleur abdominale alors qu'elle mangeait. Voyant cette douleur empirer, sa famille l'a emmenée dans un hôpital de campagne où les analyses de laboratoire ont montré qu'elle souffrait d'une carence en calcium et de malnutrition.

Son état de santé n'a pu être amélioré en raison de la rareté des médicaments et des services médicaux disponibles dans cette ville assiégée, et son état s'est rapidement détérioré. Elle a développé une paraplégie et a perdu la vue, la parole et l'ouïe.

Nisreen a été l'un des 18 cas urgents évacués de Madaya par le Croissant-Rouge le 19 août, sous la supervision des Nations unies.

« Ma fille est maintenant seule dans un lit d'un hôpital de Damas », a déclaré Amina, ajoutant que les médecins l'avaient informée par téléphone qu'il sera difficile pour Nisreen de se rétablir.

« Sans ce siège, tous les traitements et les médicaments seraient disponibles et Nisreen pourrait prendre soin de sa fille Rimas, âgée de 6 ans », a déclaré Amina. « Mais maintenant, elle se trouve entre la vie et la mort. »

Situation catastrophique

Mohamed Darwish, étudiant en médecine dentaire et directeur médical par intérim de l'hôpital de campagne de Madhya, a qualifié la situation de catastrophique.

Les quelque quarante mille personnes qui vivent en état de siège dans la ville manquent de tous les produits de première nécessité, a-t-il expliqué, et les prix des aliments nutritifs sont prohibitifs, ce qui favorise la propagation d'épidémies et de maladies et cause la mort de dizaines de personnes chaque mois.

« Les habitants de Madaya sont réduits à des squelettes marchant sans but dans les rues en raison de graves carences en vitamines, minéraux et protéines », a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

« Plus de cinq cents de nos patients souffrent de carences en calcium, parmi lesquels soixante-quinze enfants au stade de la dentition et des premiers pas », a-t-il poursuivi. « Nous leur apportons des alternatives pharmaceutiques, mais elles ne sont pas suffisantes. »

Darwish, qui n'a pas été en mesure de terminer sa dernière année d'études en raison du siège, dirige l'hôpital de campagne avec deux autres étudiants en médecine qui ont également suspendu leurs études en médecine dentaire et en médecine vétérinaire.

« Nous nous sommes retrouvés dans l'obligation de fournir le niveau minimum de soins médicaux », a-t-il expliqué, ajoutant que les patients de Madaya ont besoin de véritables médecins et spécialistes. « Mais comme ils ne sont pas là, nous communiquons via les médias sociaux avec des spécialistes pour traiter les cas difficiles dont nous devons nous occuper. »

« Le siège que nous subissons est inhumain et inacceptable pour toute conscience », a affirmé Darwish. « Les citoyens [de la ville] sont privés de tout. »

« Pourquoi nos enfants sont-ils condamnés à mourir de faim et d'un manque de soins ? » se demande-t-il.

« Je ne peux plus traiter des enfants qui meurent », affirme-t-il dit, rappelant le cas très récent d'un bébé qui est mort six heures après sa naissance en raison de l'absence d'un incubateur et de médicaments.

Intransigeance du Hezbollah

L'assistant médical Ahmed Abdel Wahab, 24 ans, a déclaré pour sa part que la situation à Madaya reste « très tragique » en raison de l'intransigeance du Hezbollah.

« En tant que médecins, nous sommes confrontés à d'énormes difficultés pour aider les blessés, les personnes défavorisées et celles qui souffrent de problèmes de santé en raison de la grave pénurie de matériel », a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

Abdel Wahab, fondateur du Réseau humanitaire de Syrie et Alseraj pour le développement et la santé, a expliqué qu'il avait essayé de traiter Nisreen al-Shammaa, mais qu'il s'était senti « impuissant » avec les seuls médicaments dont il disposait.

« Tout ce que nous pouvions faire, c'était administrer à Nisreen une dose de cortisone quatre fois par jour, tout en sachant que la dose [normalement administré] est d'une fois tous les six mois », a-t-il expliqué.

Après avoir fait partie du récent transfert de dix-huit cas médicaux urgents de Madaya, a-t-il poursuivi, « nous voulons faire connaître d'autres cas qui doivent être transférés dans des hôpitaux où les traitements corrects sont disponibles ».

« Notre travail de secours n'est pas au niveau de l'ampleur de la tragédie que nous vivons », a-t-il souligné. « Il y a des gens qui peuvent mourir à chaque instant. »

Néanmoins, les habitants de Madaya vont s'accrocher, a-t-il affirmé. « Il est vrai que nous sommes affamés et que les prix des aliments nutritifs sont très élevés, mais nous garderons toujours la tête haute », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500