https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2016/08/29/feature-02

×
×
Terrorisme |

L'EIIL perd le contrôle de sa dernière région pétrolière en Irak

Par Khalid al-Taie

image

Les forces irakiennes prennent le contrôle du champ pétrolier d'al-Qayyara après avoir chassé « l'État islamique en Irak et au Levant ». [Photo provenant de la page Facebook du Commandement des opérations conjointes]

Avec la libération d'al-Qayyara et des zones environnantes au sud de Mossoul la semaine dernière, « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) a perdu sa dernière et sa plus importante zone pétrolière en Irak, ont indiqué des responsables à Diyaruna.

L'EIIL a financé beaucoup de ses activités grâce à la contrebande de pétrole brut extrait des puits de la région, dont al-Qayyara, l'un des plus vieux et des plus importants champs d'Irak.

Il fut un temps où la raffinerie d'al-Qayyara produisait 16 000 barils par jour, et le gouvernement irakien avait prévu de creuser d'autres puits de pétrole dans cette zone.

Jeudi 25 août, les forces irakiennes ont chassé l'EIIL d'al-Qayyara, mettant fin à une opération de trois jours visant à déloger les combattants du groupe de quartiers résidentiels, de centrales électriques et d'autres infrastructures.

Cette victoire « a brisé le dos de l'EIIL », a affirmé à Diyaruna Mouzhir Mohammed Saleh, conseiller économique du Premier ministre irakien Haider al-Abadi.

« L'entité terroriste de l'EIIL était principalement basée sur les revenus générés par les opérations de vol et de contrebande de pétrole », a-t-il expliqué. « Ces revenus ont diminué en même temps que l'influence des terroristes et leur perte de nombreuses zones, en particulier celles riches en pétrole, en plus de ressources minérales et naturelles. »

« Avec la libération d'al-Qayyara, le groupe a perdu la dernière zone où il dépendait sur ses ressources en pétrole pour satisfaire à ses besoins urgents d'argent », a-t-il indiqué, ajoutant que la perte de ces ressources vitales portera un coup fatal au groupe.

La restitution d'al-Qayyara, de ses puits et de sa raffinerie aux Irakiens signifie que l'EIIL ne pourra pas survivre bien longtemps, a-t-il affirmé.

La chute du groupe « est désormais imminente », a-t-il ajouté.

Les camions-citernes de l'EIIL pris pour cible

Avant l'opération de libération d'al-Qayyara, des frappes de la coalition au cours des derniers mois ont détruit de nombreux camions-citernes de l'EIIL faisant sortir en contrebande du pétrole d'al-Qayyara.

« Ces frappes ont grandement contribué à affaiblir la capacité des terroristes à voler du pétrole brut à al-Qayyara », a déclaré Abdoul Rahman al-Wakaa, membre du conseil provincial de Ninive.

« Les terroristes récupéraient du pétrole d'une centaine de puits, et le transportaient illégalement vers la Syrie grâce à des centaines de camions-citernes tous les jours », a-t-il expliqué à Diyaruna, ajoutant que l'EIIL utilisait aussi des « brûleurs », de petites unités destinées au raffinement du pétrole brut.

« Ces activités ont beaucoup ralenti dernièrement à cause des bombardements aériens, mais elles n'ont pas complètement cessé », a-t-il indiqué.

« Maintenant qu'al-Qayyara et ses installations pétrolières, ainsi que sa centrale électrique à gaz, sont sous le contrôle de nos troupes, l'EIIL ne possède plus rien », a déclaré al-Wakaa.

L'EIIL en difficulté financière

Redonner le contrôle des projets énergétiques aux Irakiens à al-Qayyara « jouera un rôle majeur dans la conclusion de la lutte contre le terrorisme », a expliqué l'économiste Basem Jamil Antoine à Diyaruna.

« L'EIIL avait perdu tous ses puits de pétrole, et n'avait plus que celui d'al-Qayyara, où il volait entre 50 000 et 60 000 barils par jour en moyenne depuis le début de son occupation » il y a deux ans, a-t-il relaté.

« Les quantités volées ont baissé petit à petit en raison des frappes aériennes répétées contre les camions-citernes utilisés pour transporter illégalement le pétrole », a-t-il ajouté.

« La libération de ce champ de pétrole et se raffinerie mettra l'EIIL en grande difficulté financière et sous un blocus sévère, car il ne peut plus payer les salaires de ses combattants, subvenir à leurs besoins et payer les dépenses de guerre », a déclaré Antoine.

Aimez-vous cet article?
29
NON
3 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Avec la volonté d'Allah, le Tout-Puissant et le Vrai, tout l'Irak sera repris et nous tuerons ces chiens. Si Allah le veut, nous restaurerons les droits de nos martyrs. J'ai foi en Allah.

Répondre

Ô, Allah, accorde la victoire à toutes les branches de nos forces armées ! Ô, Allah, accorde Ta victoire contre les sales porcs de « l'Etat islamique en Irak et au Levant » (EIIL) qui sont les Khawarij de cette époque ! Ô, Allah, brûle les terres sous leurs pieds et renforce notre armée courageuse !

Répondre

Si Dieu le veut, nous entrerons dans Mossoul.

Répondre