https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/newsbriefs/2019/10/07/newsbrief-01

×
×

Le Premier ministre irakien promet des réformes pour calmer les manifestants

Le conseil des ministres du Premier ministre Adel Abdoul Mahdi a annoncé une série de réformes dimanche matin 6 octobre après une session « extraordinaire » la veille en réponse aux manifestations foudroyantes qui ont fait environ 100 morts, a rapporté l'AFP.

Les irakiens se sont rassemblés à Bagdad et à travers le sud depuis mardi pour demander des réformes générales du gouvernement, que Abdoul Mahdi avait promis d'adresser lorsqu'il est venu au pouvoir il y a moins d'un an.

Dimanche matin, son conseil de ministres a émis un décret comprenant plus d'une douzaine de réformes projetées, y compris des distributions de terrains, l'enrôlement militaire et des allocations d'aide sociale plus grandes pour les familles démunies.

En réponse au chômage des jeunes, qui a atteint environ 25% d'après la Banque mondiale, le gouvernement a annoncé qu'il créerait de grands complexes de marchés et augmenterait les avantages en faveur des sans-emploi.

La Commission irakienne des droits de l'homme a affirmé samedi que 99 personnes sont mortes et environ 4000 ont été blessés depuis l'éruption des manifestations.

Le gouvernement a officiellement désigné les morts de « martyrs », offrant à leurs familles une série spéciale d'avantages.

Le président du parlement Mohammed al-Halbussi a également promis une série de réformes dans une réunion avec les législateurs samedi, mais n'a pas tenu sa session législative prévue vu que l'organe n'a pas atteint le quorum.

Les Forces de Mobilisation Populaire (FMP) ont indiqué lundi qu'elles étaient prêtes à exécuter les ordres du gouvernement pour empêcher un « coup d'état ou une rébellion ».

Le Chef du FMP, Faleh al-Fayyadh, a affirmé qu'il voulait « la chute de la corruption, et non la chute du régime ».

Pendant ce temps, l'armée irakienne a reconnu lundi que la « force excessive » a été utilisée dans un district de Bagdad pendant la nuit lorsqu'une manifestation massive a déclenché des affrontements que les médecins et les forces de sécurité disent avoir fait 13 morts.

« La force excessive hors des règles d'engagement a été utilisée et nous avons commencé à tenir pour responsable ces commandants qui ont mené ces actes injustes», a annoncé l'armée dans un communiqué.

Aimez-vous cet article?
0
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha