L'Irak condamne tous les 11 suspects français de l'EIIS à mort

Un tribunal de Bagdad a condamné à mort lundi 3 juin deux autres citoyens français pour appartenance à « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), pour que tous les 11 français transférés de l'EIIS attendent la peine de mort en Irak, a rapporté l'AFP.

Bilel Kabaoui, 32 ans, et Mourad Delhomme, 41 ans, ont rejoins neuf autres citoyens français et un citoyen tunisien déjà condamnés à mort après leurs procès la semaine dernière. Ils ont 30 jours pour faire appel des condamnations.

L'Irak a jugé plus de 500 membres présumés étrangers de l'EIIS depuis le début de 2018.

Ces tribunaux ont condamné plusieurs à la prison à perpétuité et d'autres à mort, même si aucun membre étranger de l'EIIS n'a pas encore été exécuté.

La loi irakienne stipule la peine de mort, par pendaison, pour toute personne qui rejoint un « groupe terroriste » -- même ceux qui n'ont pas pris les armes.

La France a depuis longtemps insisté que ses citoyens adultes capturés en Syrie doivent être jugés devant les tribunaux locaux, tout en soulignant son opposition à la peine capitale.

La porte-parole du gouvernement français Sibeth Ndiaye a réitéré dimanche que les responsables intervenaient « au plus haut niveau » dans ces cas.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)