https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/05/22/feature-02

×
×
Sécurité |

Frappes aériennes contre un marché d'Idlib au milieu d'une flambée de violence

Waleed Abou al-Khair au Caire et AFP

image

Des travailleurs de la Défense civile syrienne cherchent des corps sous les décombres à Kafr Nabl après le bombardement de la ville par les Russes. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Les frappes aériennes du régime syrien ont tué mardi douze civils dans un marché de la province d'Idlib, a rapporté mercredi 22 mai l'Observatoire syrien des droits de l'homme, alors que de violents combats faisaient rage dans cette région du nord-ouest.

Dix-huit autres personnes ont été blessées dans les frappes qui ont touché la ville de Maarat al-Numan, principalement contrôlée par Tahrir al-Sham, aux alentours de minuit mardi, a déclaré l'observatoire.

Le marché était bondé de gens sortis de chez eux après l'iftar.

Le bombardement a fait s'effondrer les façades des bâtiments voisins et a déchiré les cadres et les toiles fragiles des stands de la place du marché, a rapporté un photographe de l'AFP.

image

Un convoi de véhicules militaires se dirige vers les lignes de front d'Idlib de nuit. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Les corps des passants dans le marché ont été déchiquetés.

« Les habitants ont toujours peur », a indiqué le commerçant Khaled Ahmad à l'AFP.

Deux autres civils ont été tués mercredi lors de frappes aériennes dans la ville proche de Maaret Hermeh, a rapporté l'observatoire, et un troisième a été tué dans des frappes contre Jisr al-Shughur.

Les frappes ont eu lieu alors que de violents affrontements faisaient rage dans le nord de la province voisine d'Hama, après que des groupes extrémistes ont lancé mardi une contre-attaque contre les forces fidèles au régime dans la ville de Kafr Nabuda.

De nouveaux combats mercredi ont porté le bilan à 52 victimes entre les deux camps, a fait savoir l'observatoire, ajoutant que les extrémistes ont repris la majeure partie de la ville aux forces du régime qui l'avaient recapturé le 8 mai.

L'ONU a déclaré mercredi que la population d'Idlib était une fois de plus menacée par une offensive générale.

« Malgré nos avertissements répétés, nos pires craintes se réalisent », a déploré David Swanson, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH) de l'ONU.

« Une incursion militaire totale menace de déclencher une catastrophe humanitaire pour plus de trois millions de civils piégés dans les affrontements, et de dépasser notre capacité à répondre », a-t-il déclaré.

Swanson a indiqué que plus de 200 000 personnes ont été déplacées par la flambée de violence depuis le 28 avril, et que 20 établissements de santé ont été touchés par l'escalade.

Des violences après la déclaration de trêve

Des avions militaires russes et des unités d'artillerie du régime syrien ont pilonné des parties de la campagne sud d'Idlib et du nord d'Hama, alors que Moscou avait affirmé dimanche que les forces du régime avaient « unilatéralement cessé le feu dans la zone de désescalade d'Idlib », a rapporté un militant local.

Les frappes aériennes russes ont pris pour cible Kafr Nabl immédiatement après la déclaration de la trêve, tuant au moins dix civils, a indiqué le militant d'Idlib Musab Assaf à Diyaruna.

En plus de Kafr Nabl, les zones ayant été lourdement bombardées comprennent les villages d'al-Arbaeen, d'al-Sahriyah, de Deir Sunbul et d'Hawarta, a-t-il précisé.

Les avions russes ont également attaqué la ville d'al-Habeet et le village de Mughr al-Hama lors de plusieurs frappes, a ajouté Assaf.

Dans le même temps, a-t-il poursuivi, de nombreuses positions du régime syrien ont été bombardées depuis Idlib, en particulier Kafr Nabuda.

Un aéroport contrôlé par le régime dans la campagne de Latakia a également été attaqué, et de violents affrontements ont éclaté dans la ville stratégique de Hwaiz, dans le nord d'Hama, a-t-il fait savoir.

Des groupes armés, pour la plupart extrémistes, amassent leurs forces sur les lignes de front contre les forces du régime, a-t-il indiqué, et de grandes colonnes de véhicules ont été vues transportant du matériel militaire et des combattants vers les zones de combat.

Parmi ces groupes se trouvent Ahrar al-Sharqiyah, Jaish al-Azza, Tahrir al-Sham, Jabhat al-Shamiyah, la Brigade al-Hamza and la Brigade du bouclier al-Hasakeh, a-t-il précisé.

Les zones capturées par les forces fidèles au régime au cours des récents combats, en particulier Qalaat al-Madiq, dans la campagne d'Hama, ont connu un déploiement massif de troupes russes et de forces du régime syrien, a-t-il ajouté, et de la force d'élite al-Nimr.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha