https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/05/07/feature-03

×
×
Sécurité |

Des leaders de l'EIIS meurent dans une attaque sur plusieurs fronts dans l'ouest de l'Irak

Khalid al-Taie

image

Des forces irakiennes et tribales mettent le feu à un véhicule qui avait été utilisé par des éléments de l'EIIS, lors d'une opération lancée lundi 6 mai dans le désert occidental. [Photo fournie par Cheikh Qatari Samarmad al-Obeidi]

Lundi 6 mai, des forces irakiennes et tribales ont lancé une attaque sur plusieurs fronts contre une base de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) à la frontière administrative entre les provinces de l'Anbar, de Salaheddine et de Ninive, a expliqué un responsable tribal.

Quinze éléments de l'EIIS ont été tués dans cet assaut, a expliqué mardi à Diyaruna le leader des forces tribales de l'Anbar, Cheikh Qatari Samarmad al-Obeidi.

Les forces de sécurité « ont lancé lundi une attaque majeure sur plusieurs fronts dans la région de la frontière administrative entre les provinces de l'Anbar, de Salaheddine et de Ninive », a précisé al-Obeidi.

« Des unités des commandements des opérations d'al-Jazeera et de Salaheddine, de la 7e division d'infanterie et des avions de l'armée de l'air irakienne ont participé à cette mission », a-t-il poursuivi.

image

Des nuages de fumée s'élèvent des restes d'une base de l'EIIS dans le désert occidental de l'Irak après que des forces irakiennes et tribales l'eurent incendiée lundi 6 mai. [Photo fournie par Cheikh Qatari Samarmad al-Obeidi]

image

Des forces irakiennes et tribales lors d'une opération le lundi 6 mai dans le désert occidental qui a permis de neutraliser quinze éléments et leaders de l'EIIS. [Photo fournie par Cheikh Qatari Samarmad al-Obeidi]

Le commandement des opérations de Ninive et les forces tribales d'al-Jughaifa, d'Albou Nimr et d'al-Obeid leur ont prêté main-forte, a-t-il ajouté.

« Cette attaque a été lancée sur la base de renseignements précis provenant de la Cellule des Faucons et des renseignements militaires concernant une base terroriste », a-t-il poursuivi.

Cette base de l'EIIS était située dans la zone où les responsabilités se chevauchent entre les différents commandements de sécurité, du nord-est du district de Raoua, dans la province de l'Anbar, vers l'île de Tikrit et Hatra au sud, a-t-il décrit.

« Ces forces ont attaqué la cible sur plusieurs fronts et ont réussi à abattre quinze terroristes, pour la plupart des commandants de l'EIIS», a ajouté al-Obeidi.

Parmi eux se trouvait un Tunisien qui avait été le cerveau de plusieurs attentats-suicides et attentats à la voiture piégée dans l'Anbar et à Tikrit, a-t-il précisé, en plus d'attaques contre des soldats et des véhicules se déplaçant sur la route reliant Baiji à Haditha.

Il était connu de l'appareil sécuritaire irakien pour ses activités depuis 2014.

Une base et du matériel de l'EIIS détruits

Les forces de sécurité ont également pu détruire dix maisons de repos lors de cette opération, ainsi que le matériel qu'elles contenaient, et ont incendié quinze motos et trois pick-up que les extrémistes utilisaient pour le transport, a poursuivi al-Obeidi.

« Les terroristes étaient déguisés en bergers, et leurs maisons de repos ressemblaient à des tentes de Bédouins, tout comme leurs véhicules, pour tromper la surveillance aérienne et faire croire qu'il ne s'agissait pas de membres de l'EIIS », a-t-il expliqué.

« Grâce à une surveillance permanente des renseignements, ils ont été repérés et éliminés », a-t-il déclaré, ajoutant qu'ils « se préparaient à commettre des opérations terroristes violentes dans plusieurs villes libérées ».

Cette attaque-surprise survient alors que les forces de sécurité poursuivent leurs opérations de routine chaque semaine, qui consistent à ratisser le désert de l'ouest de l'Anbar en direction de la frontière avec la Syrie, la Jordanie et l'Arabie saoudite, a poursuivi al-Obeidi.

« Les forces conjointes ont obtenu des résultats significatifs dans l'éradication des activités des résidus de l'EIIS dans le désert », a-t-il ajouté, précisant que chaque recherche a conduit à « la neutralisation ou l'arrestation de terroristes et la destruction des tunnels et des maisons de repos de l'ennemi ».

« Les combattants tribaux ont acquis une grande expertise et des compétences dans la traque et l'élimination de ces derniers éléments », a-t-il conclu, et les forces armées ont renforcé leur soutien aux forces tribales avec des armes et des munitions.

Aimez-vous cet article?
5
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha