NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

Les FDS sur le point de chasser l'EIIS de la Syrie

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des combattants des FDS tiennent une position dans la zone de séparation avec l'EIIS dans la campagne de l'est de Deir Ezzor. [Photo fournie par Ammar Saleh]

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) entrent dans la dernière phase de leur opération pour chasser « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) du dernier morceau de territoire que le groupe occupe dans la province de Deir Ezzor, a annoncé un responsable militaire.

Les éléments restants de l'EIIS sont piégés dans une petite poche aux abords de la ville de Baghouz al-Fawqani (Baghouz supérieur), et ils utilisent les civils qui ont fui vers cette zone comme boucliers humains contre la progression des FDS.

La bataille pour chasser l'EIIS de la campagne de Deir Ezzor près de la frontière avec l'Irak touche à sa fin, a fait savoir jeudi 14 février à Diyaruna l'officier des FDS Farhad Khoja.

« Les éléments de l'EIIS se sont retirés vers une petite zone qui ne dépasse pas un kilomètre carré, aux abords de la ville de Baghouz al-Fawqani », a-t-il déclaré.

image

Les femmes et les enfants qui ont fui la dernière zone contrôlée par l'EIIS à Deir Ezzor montent dans un bus pour être transportés par les FDS vers des camps aménagés pour les recevoir. [Photo fournie par Ammar Saleh]

image

Une patrouille des FDS dans une partie récemment libérée de Baghouz al-Fawqani, dans la province de Deir Ezzor. [Photo fournie par Ammar Saleh]

image

Des jeunes ayant fui la dernière région contrôlée par l'EIIS à Deir Ezzor attendent d'être interrogés par les FDS. [Photo fournie par Ammar Saleh]

Cette zone, qui s'étend du quartier de Cheikh Hamad à Nazl al-Saririyin au nord, est un camp ou un groupe de camps de personnes ayant fui les combats, dont des civils et les familles des éléments de l'EIIS, a-t-il fait savoir.

L'inquiétude pour les vies du grand nombre de civils a ralenti la progression des FDS, a-t-il rapporté, tout comme la forte présence de tireurs d'élite de l'EIIS, de mines et la possibilité de nouvelles attaques suicides.

Le nombre de frappes aériennes a chuté en raison de la présence de civils, a indiqué Khoja, et elles se limitent désormais à des frappes de précision ciblant les émirs et les éléments de l'EIIS dans les zones où leur présence est connue.

Combats urbains

Ces derniers jours, les combats sont devenus urbains, de nombreux affrontements ayant lieu à courte distance, a fait savoir Khoja.

« Les FDS continuent de recevoir des personnes fuyant la zone d'opération à toutes les heures du jour et de la nuit », a-t-il indiqué, « et envoient des messages à ceux qui restent pour leur dire de partir et de se mettre à l'abri du danger ».

Des dizaines d'éléments de l'EIIS se sont rendus aux FDS et ont été emmenés dans des camps spéciaux créés pour cela, a-t-il ajouté.

Les équipes qui s'occupent des évacués prennent leurs empreintes digitales et rétiniennes, a-t-il poursuivi.

Le but est de contrôler l'identité de ceux qui fuient la zone d'opérations, a-t-il expliqué, de s'assurer que les éléments de l'EIIS ne s'enfuient pas parmi les civils, et de séparer les étrangers des habitants locaux.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500