https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/01/29/feature-02

×
×
Société |

Les prédicateurs de Ninive sont invités à promouvoir la modération

Alaa Hussain à Bagdad

image

Des imams et des prédicateurs ont assisté à une formation délivrée par la Dotation sunnite ce mois-ci à Ninive. [Photo fournie par la Dotation sunnite de Ninive]

Des prédicateurs de mosquées de zones reculées de la province de Ninive sont activement encouragés par les autorités à dénoncer l'extrémisme depuis leurs chaires et à promouvoir une coexistence pacifique.

Des prédicateurs du district d'al-Shura et d'Hammam al-Alil, au sud de Mossoul, ont participé le 8 janvier à un atelier organisé par l'Association Tahreer pour le développement, avec la Dotation sunnite de Ninive et le Programme des Nations unies pour le développement.

Cet atelier, intitulé « Moyens de renforcer la coexistence pacifique grâce au discours religieux », était axé sur la transmission de connaissances et de compétences qui aideront les prédicateurs à promouvoir la tolérance religieuse dans leurs sermons, et de s'éloigner du sectarisme.

Cet effort fait partie d'un programme national pour s'orienter vers la modération par l'éducation religieuse, en particulier dans les provinces libérées de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

image

Des imams et des prédicateurs reçoivent une formation de conseillers de la Dotation sunnite à Ninive. [Photo fournie par la Dotation sunnite de Ninive]

La formation a cherché « à pousser les clercs et les prédicateurs à rétablir les relations chaleureuses et la cohésion nationale entre les différentes composantes de la société », a fait savoir Ali Ossama, de l'unité de modération de la Dotation sunnite de Ninive.

Les clercs sont encouragés à adopter une rhétorique modérée, a-t-il indiqué à Diyaruna.

L'atelier a attiré 60 imams et prédicateurs venus de régions isolées de Ninive, qui ont reçu une formation de la part des conseilleurs de la Dotation sunnite, a-t-il précisé.

Les ateliers comme celui-ci peuvent créer un rempart culturel et religieux pour empêcher le retour des groupes extrémistes comme l'EIIS dans ces zones, a expliqué Abdoul Aziz al-Jarba, directeur de l'Association Tahreer pour le développement.

L'accent « a été mis sur les prédicateurs de mosquées dans les zones isolées, car la communication et les rapports avec les populations locales y sont faibles », a-t-il rapporté à Diyaruna.

Affronter l'extrémisme

Les ateliers de lutte contre l'extrémisme sont importants, car « si un prédicateur prêche la modération, il peut affronter les idéologies extrémistes répandues par les groupes terroristes », a indiqué Amer al-Bayati, porte-parole du Dar al-Ifta en Irak.

La rhétorique religieuse modérée peut contrer le type d'idéologie extrémiste et violente propagée sur internet par la machine médiatique de l'EIIS, a-t-il affirmé à Diyaruna.

Les sermons modérés servent d'épée « contre les prédicateurs de la dissidence, du sectarisme et de l'extrémisme » qui étaient utilisés par l'EIIS pour attiser la haine dans les communautés profondément religieuses, a déclaré al-Bayati.

Mais les autorités gouvernementales, les organisations non gouvernementales et les écoles doivent elles aussi jouer leur rôle dans l'éradication du terrorisme, a-t-il ajouté.

« La lutte contre l'extrémisme n'est pas réservée aux prédicateurs et aux clercs, mais est une obligation nationale partagée par toutes les couches de la société », a-t-il affirmé.

« L'extrémisme n'est pas le domaine exclusif d'une secte, d'une ethnicité ou d'un groupe, mais il existe dans toutes les religions, nationalités et ethnicités », a-t-il fait savoir.

Aimez-vous cet article?
1
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha