https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2017/12/25/feature-01

×
×
Sécurité |

Les agences irakiennes unissent leurs forces pour nettoyer les mines de l'EIIS

Par Khalid al-Taie

image

Une équipe d'ingénieurs irakiens reçoit des instructions avant de retirer des mines d'une zone libérée de «l'Etat islamique en Iraq et en Syrie». [Photo de la page Facebook de la direction des affaires des mines terrestres irakienne]

Les agences irakiennes unissent leurs forces pour accélérer le processus de nettoyage des mines et des restes explosifs de guerre des zones libérées de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS), ont indiqué des responsables à Diyaruna.

Les mines étaient l'arme la plus meurtrière utilisée par l'EIIS, a déclaré à Diyaruna le chef de la direction irakienne des affaires des mines terrestres, Khalid Rashad.

"Les terroristes ont piégé plusieurs bâtiments gouvernementaux, des propriétés privées et de vastes zones afin d'entraver la campagne de libération et d'infliger autant de dégâts que possible", a-t-il dit.

La direction est une parmi plusieurs agences qui travaillent à atténuer ce risque mortel, a déclaré Rashad, notant que la présence de mines ralentit les opérations visant à rétablir la stabilité dans les zones libérées.

Les ministères de la Défense et de l'Intérieur, des organisations spécialisées et des entrepreneurs gouvernementaux se sont joints aux efforts déployés pour débarrasser les installations de service public des engins explosifs , a-t-il ajouté.

Dans les provinces de Ninive et de l'Anbar, a-t-il dit, "90% des infrastructures, y compris les centrales électriques et hydrauliques, ainsi que les écoles et les hôpitaux" ont été nettoyées.

"Les méthodes diaboliques"

Les éléments de l'EIIS ont planté des engins explosifs improvisés (EEI) fabriqués localement en utilisant des "méthodes diaboliques", a déclaré Rashad, appelant à poursuivre les efforts conjoints pour enlever toutes les munitions non explosées dès que possible.

L'une des techniques du groupe consistait à planter un système complexe d'explosifs connectés dans les bâtiments et sur les routes, a-t-il dit, dissimulant des bombes dans divers endroits tels que des poteaux électriques.

"L'Irak est actuellement à l'avant-garde du démantèlement des munitions et des mines terrestres localement fabriquées difficiles à démanteler et intelligemment dissimulées", a-t-il indiqué.

"Les enquêtes et le nettoyage des zones qui étaient sous le groupe terroriste sont en cours", a-t-il dit, ajoutant que la Direction des Affaires des Mines annoncera bientôt les résultats détaillés de ces efforts conjoints.

La nouvelle stratégie nationale contre les mines terrestres met l'accent sur une coopération constructive pour affronter et sensibiliser le public à ce danger, ainsi que pour aider les victimes, a déclaré Rashad.

Les mines constituent toujours une menace

Les restes explosifs de guerre laissés par l'EIIS "constituent toujours une menace pour la population locale", a annoncé le membre du conseil provincial de Ninive, Khalaf al-Hadidi.

"Les éléments de l'EIIS avaient planté leurs explosifs partout, et ils étaient habilement dissimulés dans des endroits dont personne n'aurait pu rêver", a-t-il dit à Diyaruna.

Bien que des centaines d'explosifs aient été désactivés, certains ont explosé lorsque les résidents sont rentrés chez eux, a-t-il dit, notant que des civils avaient trouvé la mort le mois dernier dans les villes d'Al-Qayyarah et de Bashiqa.

"Plusieurs villages et villes de Ninive sont encore contaminés par des explosifs et des restes de guerre dangereux", a déclaré al-Hadidi.

Parmi ceux-ci, citons la vieille ville de Mossoul, Abta, Adam, al-Rahmaniya et al-Qayrawan, qui appellent le gouvernement à redoubler d'efforts pour nettoyer ces zones et éloigner les civils du danger.

"Les efforts d'ingénierie du ministère de la Défense ont joué un rôle important dans le nettoyage de toutes les villes de la province des mines plantées par l'EIIS", a déclaré Athal al-Fahdawi, membre du conseil provincial de l'Anbar.

«Nous avons actuellement des entreprises du secteur privé qui travaillent également à l'élimination de ces explosifs des projets d'infrastructure afin que les efforts de reconstruction puissent commencer et que les services puissent être restaurés», a-t-il dit à Diyaruna.

Des pourparlers sont en cours entre le conseil provincial de l'Anbar et l'ONU pour localiser et enlever les mines terrestres et les explosifs plantés dans le désert et les zones rurales, a-t-il indiqué.

Le conseil travaille également de pair avec le commandement des opérations de l'Anbar pour nettoyer les zones nouvellement libérées de l'ouest de l'Anbar des restes de guerre.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha