https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2017/03/23/feature-01

×
×
Médias |

Les résidents de Mossoul se procurent les antennes paraboliques après l'éviction de l'EIIL

Par Khalid al-Taie

image

Les magasins de Mossoul ont fait de bonnes affaires dans la vente des antennes paraboliques depuis que 'l'Etat Islamique en Irak et au Levant' a été chassé de leurs régions [Photo fournie par le centre d'information de Ninive]

Les récepteurs Satellites, interdits depuis longtemps par 'l'Etat Islamique en l'Irak et au Levant' (EIIL) s'envolent des étagères à l'est de Mossoul.

L'EIIL a interdit les antennes paraboliques de toutes les maisons durant son occupation de Mossoul, menaçant les contrevenants de six mois de prison et une amende et les récidivistes de peines plus sévères.

Avant que la partie est de la ville ne devienne libre en janvier, le groupe avait l'habitude de confisquer ces appareils et des les détruire en public.

Le résident de la banlieue Al-Mithaq Naji Abdoul Salam, 56 ans, a dit à Diyaruna qu'il cachait son récepteur dans un trou pendant la journée et qu'il l'allumait en cachette pendant la nuit.

“C'était risqué mais nous n'avions aucune autre option" a-t-il déclaré . "Ils étaient bannis sous prétexte qu'ils étaient immoraux, mais la vérité c'est qu'ils voulaient nous isoler du reste du monde".

“Rien n'est plus précieux que la liberté", a-t-il précisé, ajoutant qu'il a récemment acheté deux autres récepteurs. "Aujourd'hui nous pouvons allumer nos récepteurs satellites sans avoir peur".

Ce que l'EIIL craignait c'est que les résidents aient accès aux sources étrangères de nouvelles et aux informations, a-t-il annoncé, ce qui avait une influence sur ses efforts de propagande.

Le blackout des médias de l'EIIL

Le groupe a imposé un "blackout médiatique sévère aux gens", a indiqué à Diyaruna le membre du comité de sécurité du conseil provincial de Ninive Binyan al-Jarba.

Ils ne voulaient pas que la population locale sache ce qui se passait autour d'elle, a-t-elle précisé.

"Ils ont essayé de l'isoler complètement du reste du monde pour que le groupe lui-même soit son seule source d'information", a affirmé al-Jarba.

Radio Al-Bayan de l'EIIL, mise hors ligne le 25 février par une attaque irakienne , est devenue la principale source de nouvelles et d'information

Les autres centres "sources de média" -- dispersés à travers la plupart des zones résidentielles -- émettent les documents d’orientation de l'EIIL et les mises-à-jour sur les activités du groupe.

"A travers ses sources, il voulaient changer les faits et décevoir les gens avec des victoires imaginaires et prétendre que leur soi-disant Etat s'étend et qu'ils resteront imbattables", a-t-il dit "tout ceci n'était que des mensonges".

Mais l'imposition d'un blackout médiatique était "un défi énorme" pour l'EIIL, a dit al-Jarba

"Malgré les menaces et le risque, les gens se sont accrochés à leurs récepteurs satellites, et ils suivaient en cachette les nouvelles des efforts de libération et en parlent entre eux", a-t-il précisé.

"Les jours du blockout sont finis," a-t-il ajouté

"Les gens maintenant regardent librement les nouvelles et essaient désespéramment d'envoyer l'information à leurs concitoyens dans le partie ouest de Mossoul", a t-il dit, où les forces irakiennes continue de combattre le groupe.

Le commerce de récepteurs satellites est en plein éssor

A l'est de Mossoul, il y a eu une grande demande des récepteurs satellites, a dit le journaliste et vice-président de l'institut des médias de Ninive Soufian al-Mashadani.

"C'est un rêve qui se réalise que la demande soit rétablie pour ces appareils", a-t-il annoncé à Diyaruna. "Les gens ont besoin d'avoir accès aux nouvelles et à [connaître] les dernières évolutions militaires, ils ont aussi un désir de s'ouvrir sur le monde après une longue période de privation".

Le blackout médiatique de l'EIIL a transformé la vie des gens en enfer, a souligné al-Mashadani .

"L'EIIL a fortement combattu pour prévenir l''information d'entrer et de sortir des régions qu'il contrôle", a-t-il indiqué. "La transmission de toute télévision ou radio était interdite et les journalistes était jetés en prison, alors que des dizaines étaient éliminés dans une tentative d'empêcher toute fuite d'information ou de dévoiler la vérité du groupe et sa déception".

La réapparition des récepteurs satellites dans les maisons de Mossoul marque "la fin d'un chapitre sombre de l'histoire", a déclaré le chef de la faculté des médias de l'université Al-Farabi Kadhim al-Moqdadi.

"Les gens soupirent de soulagement puisqu'ils ne sont plus sujets à la machine de propagande de l'EIIL et son idéologie assoiffée de sang", a-t-il précisé à Diyaruna.

Les médias Locaux ont repris leurs programmations normales de l'intérieur de la ville et rapportent les nouvelles à nouveau, a-t-il déclaré, ajoutant que l'intérêt des gens et leur ouverture au monde extérieur constituent un autre aspect de la victoire contre l'EIIL.

Aimez-vous cet article?
3
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire