https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2016/11/14/feature-01?di_exp_001=true

×
×
Droits de l'Homme |

Les données démographiques de 'la Syrie Utile' démontre le plan d'après-guerre du régime

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des Syriens marchent dans la marché al-Hamidiyah de Damas en juin . Les banlieues autour de la capitale syrienne connaissent apparemment des changements démographiques massives en faveur des partisans du régime . [Louai Beshara/AFP]

Alors que la guerre en Syrie fait rage, le régime et ses alliés , y compris Les Corps des gardiens de la révolution islamique ianienne (CGRI) et le Hizbullah du Liban, ont embarqué dans une stratégie visant à ouvrir la voie vers le future de la Syrie, les analystes ont annoncé à Diyaruna.

La stratégie se penche sur l'influence du changement démographique dans les régions autour des bastions du régime, ont-t-ils dit , pour créer une zone tampon de résidents sympathisant avec le régime et chasser les opposants.

Les sources du régime et des alliés appellent communément ces zones "la Syrie Utile".

La politique est en train d"être appliquée dans plusieurs parties de la Syrie de multiples façons , ont déclaré les analystes, y compris les mesures d'encouragement financier aux résidents Sunnites pour abandonner leurs propriétés et la saisie des maisons et des terres des déplacés.

Les résidents des endroits stratégiques autour des centres urbains comme as Damas et Homs sont aussi forcés à sortir par les sièges ou l'agression or l'agression ciblée, ont-ils annoncés.

'La Syrie Utile'

"En contrôlant le déroulement des combats en cours en Syrie, on peu clairement voir l'application d'un plan clair visant à vider certaines zones de leurs habitants," a déclaré l'analyste stratégique le général de division Yahya Mohammed Ali, un officer égyptien retraité.

Ceci est fait en vue de créer "une ceinture de sécurité pour protéger les zones totalement contrôlées par le régime", a-t-il annoncé à Diyaruna.

Dans la ville de Homs, par exemple, le régime et ses alliés ont capturé le quartier Bab Amr et plus tard les quartiers de Bab al-Dreib, Bab Tadmor, Bab al-Sebaa, Job al-Jandali, al-Rifai, al-Nazeheen, Karm el-Zeitoun, al-Adawiya et al-Mreijeh, a ajouté Ali

Ces endroits ont été attaqués avec "un bombardement intensif aléatoire suivi de prises d’assaut de maisons", a-t-il déclaré

Plusieurs villes et villages dans la zone littorale, y compris les villages de Jabal al-Akrad tels que al-Jankil et Babna, ont reçu le même traitement, a ajouté Ali, et de même que quelques banlieues Sunnites de la ville de Latakia, un bastion essentiel du régime.

Le même scénario été répété dans les endroits au tour de la capitale Syrienne, y compris al-Qalamoun et Ghouta, Babbila et Yalda et les régions de damas Barzeh et al-Qadam, a déclaré Ali.

"Ceci était plus évident dans la ville de Daraya, dont la population a été réduite au minimum durant un siège étouffant de la ville qui a duré environ quatre ans", a-t-il fait savoir .

Les quelques 10,000 résidents qui restent maintenant sont "autorisés à quitter pour toujours", a-il-précisé.

L'appropriation de biens

Selon l'avocat Syrien Bachir al-Bassam, qui réside au Caire, un groupe d'avocats associés au régime "a falsifié des procurations pour les gens détenues dans les prisons Syriennes et ont vendu les propriétés à d'autres personnes dans des séries de transactions de sorte qu'il est difficile de remonter jusqu'à la transaction [initiale] ".

Il est donc difficile pour les victimes de saisir les tribunaux pour contester ces procurations, a-t-il annoncé à Diyaruna.

Cette tendance a commencé avec des cas individuels initialement considérés comme des cas isolés de fraude, a dit al-Bassam , ajoutant que "on a découvert par la suite qu'il y avait eu plus de 150 cas comme celui là".

Plus de 50 de ces cas impliquent des propriétés de la banlieue de Damas de Qodsya, a-t-il précisé, ajoutant que les propriétés ont été vendues à une société de portefeuilles qui a des liens avec le régime.

"Ces ventes visent seulement des maisons et des biens des résidents sunnites pour les chasser pour toujours de la région", a-t-il dit

Les rapports des médias syriens et internationales indiquent l'implication directe de l'Iran dans le processus de redistribution démographique, a-t-il annoncé, a travers les sociétés et les hommes d'affaires iraniens travaillant avec des sociétés syriennes proches du régime.

Al-Bassam a dit que ses cousins paternels, résidents du quartier Barzeh à Damas, étaient constamment harcelés et ont éventuellement fui la région vers la Turquie.

A leur arrivée en Turquie, a-t-il dit , ils ont commencé a recevoir des offres pour vendre et ont été forcés de dire oui à cause des pressions financières qu'il ont subies .

Al-Bassam a ajouté qu'il a appris ensuite que plusieurs autres syriens qui ont fui leur régions ont vécu la même situation.

"Ces activités n'ont pas été connues jusqu'à ce qu'on annonce que la région est la propriété d'une société immobilière qui envisage démolir les "structures existantes" et construire un complexe résidentiel à leur place", a-t-il précisé.

Le CGRI et lae coordination avec le régime

Al-Bassam a déclaré qu'il a parlé avec des témoins oculaires qui lui ont dit que les projets de construction sont en cours de réalisation à Ghouta et al-Qalamoun qu'ils ne sont pas des projets militaires mais plutôt des projets civils commerciaux et résidentiels.

Certains des immeubles nouvellement construits sont utilisés pour loger les syriens chiites et alawites et le membres du Hizbollah Libanais, a-t-il déclaré

"Le projet de nettoyer les régions syriennes de sunnites est appliqué en coordination complète entre le régime et le forces du CGRI. ," a indiqué al-Bassam .

Ces forces "ouvre la voie devant un groupe d'hommes d'affaires iraniens et syriens pour réaliser l'objectif principal de former une ceinture résidentielle autour des zones à majorité alawites sous le contrôle du régime de Damas", a-t-il ajouté

Ensemble ces régions constituent ce qu'on appelle "la Syrie Utile", a-t-il-expliqué, ce qui signifie qu'ils vont protéger et assurer la survie du régime.

La redistribution démographique secrète est en cours dans d'autres régions pour assurer leur sécurité, a dit le journaliste syrien Mohammed al-Abdoullah à Diyaruna.

Certaines zones sont vidées de résidents sunnites sous plusieurs prétextes qui n'ont rien à voir avec les combats, a-t-il déclaré , y compris l'expulsion des résidents et des combattants des zones assiégées et offrir des encouragements financiers pour vendre la terre et les biens

Destruction du Tissu Social

En septembre 2012, le président syrien Bashar al-Assad a émis un décret autorisant la création de deux zones d'aménagement urbain dans le gouvernorat de Damas, selon un rapport de 2015 publié par Naame Shaam, un groupe d'activistes qui se penchent sur le dévoilement du rôle du régime iranien en Syrie.

Le décret était présenté comme faisant partie d'un "plan général pour la ville de Damas visant le développement des zones de résidence non-autorisée" a indiqué le rapport, et était centré sur les zones du sud-est d'al-Mazzeh et du sud de l'autoroute du sud.

"Le décret a interdit le commerce des propriétés dans ces zones et la construction de nouveaux projets immobiliers", a souligné le rapport . "il a aussi donné au conseil de la ville le délai d'un mois pour préparer une liste de tous les propriétaires fonciers et a demandé aux propriétaires dans la zone de déclarer leur propriété publiquement en leur donnant le choix de vendre leurs parts dans les propriétés. Les décisions du 'comité des experts' crée par le décret devaient être finales et non susceptible d'appel'".

Le décret a fourni un vernis de légitimité aux plans de redistribution de la population selon les préférences du régime, a dit al-Abdoullah, notant que les vraies intentions ont commencé a devenir claires.

Les compensations versées aux résidents des ces régions n'ont pas dépassé 300,000 livres syriennes (1,000 dollars), a-t-il dit , ajoutant que les groupes et les familles syriens, iraniens et libanais ont depuis été logés dans cette région.

L'initiative constitue un effort de "changer la composition et la démographie de la population en changeant directement les pourcentages par religion, secte ou ethnicité", a déclaré al-Abdoullah .

Ces plans ont des répercussions sérieuses à long terme, a -t-il déclaré, ce qui peut comprendre la reprise des conflits pour renvoyer les nouveaux-arrivants qui ont pris la place de ceux qui ont été chassés.

Aimez-vous cet article?
27
NON
3 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha

Tant que l'Iran est impliqué, la Syrie et ceux présents en Syrie seront perdus !

Répondre

Votre analyse aurait pu être quelque peu acceptable si l'Iran et la Syrie parlaient les mêmes langues, et plus important, si la Syrie avait une sécurité viable et qu'il n'y avait pas de guerre civile dans le pays. Dans ce cas, nous pourrions dire que les Iraniens, ainsi que certaines personnes d'autres pays, allaient s'y installer et ainsi de suite. Mais mon frère ! Combien connaissons-nous d'Iraniens qui veuillent quitter leur propre langue et leur pays, afin d'aller dans un pays déchiré par la guerre où l'on peut mourir à tout moment, et où la situation avec le gouvernement est complètement ambiguë ? Si vous aviez mentionné le Liban, le Yémen, ou tout autre pays déchiré par la guerre, cela aurait pu être plus raisonnable. Quoi qu'il en soit, je ne nie pas que chaque gouvernement a des politiques pour sa propre survie.
Encore une fois, vous n'avez pas pris en compte le fait qu'il existe des individus avides qui ne font preuve d'aucune pitié pour empocher encore plus d'argent. Ils utilisent toutes les astuces possibles pour s'approprier les terres et les propriétés des gens pour faire du profit, et il y a aussi mille autres raisons possibles !

Répondre

tres interessant votre article,cela apporte un eclairage sur la situation en syrie, on comprend mieux les destructions systematiques ,et a quoi sert le champ de ruines que bachar laisse derriere lui!!

Répondre