NOUVELLES D’IRAK
Droits de l'Homme

Les affrontements rompent le calme relatif dans la ville syrienne de Daraa

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les combattants de cette milice pro-régime ont été engagés dans de nouveaux affrontements avec l'Armée syrienne libre dans la ville de Daraa. [Photo fournie par Yasser al-Turkmani]

La reprise des affrontements près de la ville de Daraa entre les factions de l'Armée syrienne libre (ASL) d'une part et le régime syrien et les milices alliées d'autre part a brisé le calme relatif qui prévalait dans l'accord de désescalade.

Des mois de calme ont suivi la mise en œuvre de l'accord de désescalade, qui a officiellement expiré à la mi-mars et que le régime syrien a refusé de renouveler pour une période supplémentaire.

"Des batailles féroces font rage à Deraa entre les factions de l'ASL et les forces du régime syrien", a déclaré Yasser al-Turkmani, un officier de l'ASL dans la région de Daraa.

Ceux-ci sont particulièrement intenses dans la zone du marché de Daraa al-Mahatta - les quartiers nord et ouest de la ville - et à la périphérie du camp de Daraa, a-t-il déclaré à Diyaruna, mardi 3 avril.

image

Des éléments de l'Armée syrienne libre ont pris part à de nouveaux affrontements avec le régime syrien et ses alliés dans la région de Daraa. [Photo fournie par Yasser al-Turkmani]

Il a ajouté que toutes sortes d'armes étaient utilisées dans les affrontements, ajoutant que les forces du régime et les milices alliées bombardaient les zones contrôlées par l'ASL.

Accord de trêve expiré

Les habitants locaux craignent une répétition du scénario de la Ghouta de l'Est, a déclaré al-Turkmani.

La zone a été calme depuis la signature de l'accord de désescalade à Astana, la capitale Khazak, à la mi-septembre, "mais la période de trêve a expiré il y a environ un mois et n'a pas été renouvelée.

"Si les combats s'intensifient, cela entraînera un nombre élevé de victimes civiles, en raison du chevauchement des zones de contrôle à l'intérieur et autour de la ville", a-t-il dit, le régime et ses alliés contrôlant certains quartiers.

Les habitants craignent d'être ciblés ou déplacés par des milices sectaires dans la région formée par le Corps iranien des gardiens de la révolution islamique (CGRI) lors du déclenchement de la guerre en Syrie, et par le Hezbollah libanais, a indiqué al-Turkmani.

Les tensions se sont étendues à la ville de Bosra et ses environs dans la province de Daraa, après que des inconnus ont incendié un certain nombre de maisons.

"Les occupants avaient été accusés de travailler avec les forces du régime ou leurs fils avaient été accusés de combattre dans les rangs de l'armée du régime", a déclaré al-Turkmani.

Cela a accentué la tension à l'intérieur même de la ville entre ceux qui rejettent ou soutiennent de telles actions, a-t-il dit, ainsi que dans les zones environnantes, où les forces du régime sont positionnées.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500