Sécurité |

2018-09-20

Un calme circonspect règne dans la province syrienne d'Idlib

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Un enfant déplacé de la province d'Idlib se repose sur une couverture étendue sur le sol dans un camp informel installé loin des zones de tension. [Photo fournie par Haissam al-Idlibi]
Un enfant déplacé de la province d'Idlib se repose sur une couverture étendue sur le sol dans un camp informel installé loin des zones de tension. [Photo fournie par Haissam al-Idlibi]

Le calme règne jeudi 20 septembre dans la province syrienne d'Idlib et les provinces rurales de Hama alors que la nouvelle d'une résolution pacifique s'est répandue et des milliers sont retournés à leurs maisons après avoir fui les zones craignant qu'elles seraient ciblées dans une attaque du régime.

Environ 7000 personnes sont rentrées à leurs maisons depuis l'annonce de l'accord lundi, surtout dans le sud-est d'Idlib et le nord de Hama, selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme Rami Abdel Rahman.

Mais un grand nombre de familles ont choisi d'attendre et voir les développements des prochains jours avant de rentrer, a indique l'activiste d'Idlib Haissam al-Idlibi.


Les acheteurs poursuivent leurs courses au marché principal dans la ville d'Idlib depuis que la menace d'une action militaire s'est apaisée. [Photo fournie par Haissam al-Idlibi]

Les acheteurs poursuivent leurs courses au marché principal dans la ville d'Idlib depuis que la menace d'une action militaire s'est apaisée. [Photo fournie par Haissam al-Idlibi]

Malgré le calme, il y a un sens d'anticipation nerveuse dans la province d'Idlib, Hama rurale et Alep rurale, a-t-il indiqué à Diyaruna, avec les nouvelles de l'accord turco-russe pour une zone tampon démilitarisée le long de la ligne de front.

L'accord, qui a reçu un soutien prudent de l'ONU , vise à épargner à la région une offensive anticipée du régime syrien appuyée par la Russie qui aurait été dévastatrice pour les civils, a-t-il confié.

Des milliers commencent à rentrer

La peur d'une attaque imminente a provoqué une vague massive de déplacements vers les zones frontalières et loin des lignes de front avec le régime syrien et ses alliés.

Beaucoup de ces gens commencent maintenant à retourner, alors que d'autres choisissent d'attendre que la situation devienne plus claires les prochains jours.

« Le retour se produit presque de manière aléatoire », a signalé al-Idlibi, notant que « les villes sur les abords de la province d'Idlib connaissent un retour inférieur de déplacés internes (DI) par rapport aux zones à l'intérieur de la province. »

Ces zones sont régulièrement ciblées par les frappes russes et du régime.

La majorité de la population DI se refuge dans des zones frontalières avec la Turquie, a-t-il dit, alors que les autres sont dans les villes qui sont relativement plus sûres car elles sont loin des lignes de front.

Depuis l'annonce lundi qu'un accord a été conclu, les lignes de front sont calmes et les frappes aériennes et les bombardements ont cessés, a-t-il souligné.

Cela avait un impact positif sur l'activité dans la région et les marchés, surtout que la nouvelle a coïncidé avec la saison de retour aux écoles, a-t-il observé.

Les écoles avaient antérieurement annoncé qu'elles seraient fermées par souci pour la sécurité des élèves.

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha