Terrorisme |

2018-02-12

Ouverture au Koweït de la conférence sur la reconstruction de l'Irak

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Dimanche 11 février, des responsables irakiens et koweïtiens inaugurent une exposition de photos sur les crimes commis par « l'État islamique en Irak et en Syrie », dans le cadre de la préparation à la conférence consacrée à la reconstruction de l'Irak au Koweït. [Photo fournie par le ministère irakien de la Culture]
Dimanche 11 février, des responsables irakiens et koweïtiens inaugurent une exposition de photos sur les crimes commis par « l'État islamique en Irak et en Syrie », dans le cadre de la préparation à la conférence consacrée à la reconstruction de l'Irak au Koweït. [Photo fournie par le ministère irakien de la Culture]

Une conférence internationale sur la reconstruction de l'Irak s'est ouverte lundi 12 février au Koweït, en présence de représentants de 70 pays et de milliers d'entreprises et d'organisations internationales.

Au premier jour de cette conférence, le ministre irakien de la Planification Salman al-Jumaili a fait savoir que l'Irak aura besoin de 88,2 milliards de dollars pour sa reconstruction au lendemain de sa guerre contre « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a indiqué l'AFP.

Cette estimation est basée sur une évaluation faite par des experts irakiens et internationaux, a-t-il précisé.

Qusai Abdelfattah, directeur général au ministère de la Planification, a ajouté que sur ces fonds, 22 milliards de dollars sont nécessaires immédiatement, et le reste à moyen terme.

Le gouvernement irakien compte sur cette conférence pour obtenir un soutien à ses plans destinés à faire revivre les villes endommagées par l'EIIS et aider à revitaliser l'économie du pays, ont expliqué des responsables à Diyaruna.

Le gouvernement a soigneusement préparé cette conférence et « apportera une vision claire des besoins du pays en vue de sa reconstruction dans plusieurs secteurs », a déclaré à Diyaruna le porte-parole du ministère de la Planification, Abdoul Zahra al-Hindawi.

L'Irak présentera trois documents

La délégation irakienne, composée de représentants du gouvernement, de militants de la société civile et de personnalités des médias, présentera trois documents lors de cette conférence, a indiqué al-Hindawi.

Le premier définit « un plan de reconstruction stratégique sur les dix prochaines années », a-t-il précisé, soulignant que « des programmes et des plans de travail bien conçus ont été élaborés en vue de reconstruire les projets publics et les biens privés des citoyens ».

Ils devraient coûter environ 100 milliards de dollars, selon les données d'une enquête de terrain réalisée par le ministère de la Planification, a indiqué al-Hindawi.

« Le deuxième document est un dossier complet sur les dommages infligés aux villes que l'EIIS a envahies, et documenté par des photos, des rapports et des données », a-t-il expliqué.

Il permettra aux participants de cette conférence de se rendre compte de toute l'étendue des destructions.

Le troisième document présente « une carte des opportunités d'investissement à la disposition des entreprises internationales participant à cette conférence », a-t-il poursuivi.

« Plus de 200 projets ont été répertoriés dans différents secteurs de développement proposés à la concurrence internationale et répartis dans toutes les provinces », a-t-il souligné.

« Un virage important »

Les représentants de quelque 2 850 entreprises internationales assistent à cette conférence, aux côtés de 3 000 représentants d'agences onusiennes et d'autres organisations non gouvernementales (ONG), a précisé al-Hindawi.

Cette conférence de trois jours prévoit une série de sessions différentes, notamment une session intitulée « Investir en Irak » destinée aux représentants des entreprises, aux hommes d'affaires et aux investisseurs.

Une autre réunira des organisations nationales de la société civile et leurs homologues internationaux pour discuter du soutien aux efforts humanitaires dans les zones libérées de l'EIIS, a ajouté al-Hindawi.

Les participants à cette session exploreront aussi les moyens de renforcer les opportunités de construire la paix et la stabilité dans ces mêmes régions, a-t-il encore indiqué.

En prémices à l'ouverture de cette conférence, une exposition de photos présentant les ruines et les tragédies que l'EIIS a laissées derrière lui a ouvert ses portes dimanche au musée d'art moderne du Koweït.

La conférence se terminera mercredi en présence du Premier ministre irakien Haider al-Abbadi, de l'émir du Koweït Cheikh Sabah al-Ahmad Al-Jaber al-Sabah, du secrétaire général des Nations unies, du président de la Banque mondiale et du coordinateur de l'Union européenne.

« À l'issue de cette conférence, chacun des pays annoncera le montant de sa contribution financière pour la reconstruction et les investissements de ses entreprises dans les projets proposés », a-t-il ajouté.

« Avant la conférence, de nombreux pays ont affiché des attitudes positives et ont promis un soutien », a-t-il souligné. « Cette conférence est un virage important dans l'histoire de l'Irak, et nous espérons qu'elle nous permettra de relever tous les défis. »

Aimez-vous cet article?

5 Di icons no

1 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha
اياد جارالله | 2018-02-15

Nous tenons à remercier les Etats qui ont participé, financièrement et moralement, à cette conférence. Cependant, il vaut mieux que ces états mènent eux-mêmes la phase de reconstruction compte tenu de la corruption financière à laquelle nous faisons face actuellement.

Répondre