Sécurité |

2017-12-21

La vie revient lentement dans les villes libérées de l'Anbar

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Les forces irakiennes se rassemblent à Rawa le 18 novembre après que les troupes ont repris cette ville de la vallée de l'Euphrate à « l'Etat islamique en Irak et en Syrie». [Suleiman al-Anbari/AFP]
Les forces irakiennes se rassemblent à Rawa le 18 novembre après que les troupes ont repris cette ville de la vallée de l'Euphrate à « l'Etat islamique en Irak et en Syrie». [Suleiman al-Anbari/AFP]

Les villes irakiennes libérées retrouvent la vie, les entreprises et les écoles reprenant leurs activités et les résidents déplacés revenant chez eux.

Le Premier ministre Haider al-Abbadi a annoncé le 9 décembre la victoire dans la guerre de trois ans contre « l'Etat islamique en Irak et Syrie» (EIIS) et la récupération du contrôle de l'ensemble du territoire national.

A Rawa et dans la ville voisine d'al-Qaim, dans la province de l'Anbar de l'ouest du pays, les marchés regorgent d'acheteurs, et les gens vaquent à leurs occupations comme d'habitude, malgré la destruction et la dévastation laissées par des années de règne de l'EIIS.


Les habitants de Rawa fêtent la victoire des forces irakiennes contre « l'Etat islamique en Irak et en Syrie» dans leur ville en novembre 2017. [Photo fournie par le Conseil des jeunes de Rawa]

Les habitants de Rawa fêtent la victoire des forces irakiennes contre « l'Etat islamique en Irak et en Syrie» dans leur ville en novembre 2017. [Photo fournie par le Conseil des jeunes de Rawa]

Des responsables locaux indiquent que les écoles accueillent à nouveau des élèves, et que les fonctionnaires se sont remis au travail malgré les difficultés auxquelles sont confrontées les villes suite à leur libération.

Situées dans la partie la plus occidentale du pays, et entourées par le désert, ces deux villes ont servi pendant longtemps de repaires aux groupes terroristes. Mais maintenant qu'elles ont été débarrassées de l'EIIS, la stabilité et la sécurité reviennent petit à petit.

Les forces irakiennes ont annoncé la libération de Rawa le 17 novembre, deux semaines seulement après l'expulsion des éléments de l'EIIS de la ville voisine d'al-Qaim.

Les services reprennent

« La vie est revenue à la normale à Rawa, et les services de base comme l'eau, l'électricité et la santé reprennent graduellement lorsque les ressources disponibles le permettent », a déclaré à Diyaruna la maire de Rawa, Hussein al-Okaidi.

Des employés de la direction de l'électricité ont commencé à retirer les engins explosifs improvisés (EEI) de la centrale électrique nationale de la ville, a-t-il rapporté, et ils œuvrent également pour réparer les pylônes électriques endommagés.

Les habitants sont actuellement approvisionnés en électricité grâce à des générateurs 24 heures sur 24, a-t-il expliqué à Diyaruna.

Le département de l'eau a réussi à fournir de l'eau aux habitants, a-t-il ajouté, et le ministère de la Santé met à disposition un hôpital mobile doté en personnel ainsi qu'un centre médical qui assure des services permanents aux habitants de la ville.

Les départements de la municipalité ont quant à eux lancé le déblaiement des débris, l'ouverture des routes et l'apport de services municipaux aux résidents.

Il reste des défis à relever

Cependant, le plus grand défi auquel est confrontée la ville est celui des maisons piégées, ce qui rend difficile le retour des propriétaires, a fait savoir al-Okaidi

Près de 130 familles sont restées à Rawa ou y sont retournées au cours des derniers mois, a-t-il indiqué, mais de nombreuses personnes sont encore à Bagdad ou dans la région kurde, où elles ont fui lorsque l'EIIS a pris le contrôle de leur ville.

Nazim Bardan, président du conseil local d'Al-Qaim, a déclaré à Diyaruna que la crise des déplacements a aussi touché al-Qaim, qui reste principalement vide.

Il a estimé qu'environ 120 000 habitants d'al-Qaim ont été déplacés vers des camps et d'autres villes irakiennes, et que 20 000 l'ont été dans les régions désertiques autour de la ville, exprimant l'espoir que beaucoup d'entre eux reviendront de leur plein gré dans les jours à venir.

« Cependant, la vie est revenue à la normale et les marchés ont rouvert dans les quartiers résidentiels qui n'ont pas été abandonnés par leurs habitants et ceux où les habitants déplacés sont revenus après la libération », a-t-il rapporté.

Parmi ceux-ci se trouvent les zones d'al-Obeidi, Saada et Jreiji, a-t-il ajouté.

Aucune crainte d'une infiltration de l'EIIS

Bardan a affirmé que les habitants d'al-Qaim ne craignent pas que l'EIIS revienne dans leur ville, malgré sa proximité avec la frontière syrienne et les vastes zones désertiques.

Les forces irakiennes ont sécurisé la vallée désertique d'al-Jazeera qui s'étend de l'Anbar à la province de Ninive, et ont commencé à mettre en place une barrière de sable et de fil barbelé le long de la frontière syrienne pour empêcher les tentatives d'infiltration transfrontalières.

L'EIIS est en train de s'effondrer, a déclaré Bardan, ajoutant que le groupe « ne dispose plus de places fortes desquelles lancer de nouvelles attaques ».

Mais il a quand même mis en garde contre de potentielles attaques sporadiques qui pourraient cibler l'ouest de l'Anbar, notant que la sécurité à al-Qaim est maintenue par la 8ème division de l'armée, les brigades de gardes-frontière du ministère de l'Intérieur, les forces tribales et les unités de réponse rapide (URR) de la police de l'Anbar et d'al-Qaim.

Combler les fractures sociales

Le militant civil Othman Jumaa, qui dirige la Pioneers Organisation for Development and Service Work, a indiqué à Diyaruna que les politiques oppressives de l'EIIS et sa brutalité abjecte à al-Qaim et Rawa ont enseigné à ses résidents une leçon qu'ils n'oublieront pas sur la véritable nature du groupe.

« Sous le règne de l'EIIS, les deux villes ont été confrontées à de nombreux problèmes, certaines familles ayant été contraintes par la ruse à coopérer avec le groupe, ce qui a mené à des conflits en leur sein et avec d'autres familles », a-t-il rapporté.

« Ceci a eu un impact négatif sur le tissu social de la [région] », a-t-il poursuivi.

« Aujourd'hui, les habitants savent très bien que ces groupes ne sont pas venus pour servir les intérêts du peuple, mais pour verser son sang, le léser financièrement et économiquement, piller les fonds publics et privés et nuire à la paix sociale », a déclaré Jumaa.

Il a appelé à des actions concertées avec d'autres communautés afin de combler les fractures sociales, exprimant l'espoir que des résultats positifs peuvent être atteints lors de la prochaine phase.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha