Terrorisme |
2017-08-22

Irak : Luttes intestines dans les rangs de Daech à Rawa

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Un soldat irakien contrôle les papiers d'un chauffeur de camion à un poste de contrôle dans l'Anbar à la mi-août, dans le cadre d'une campagne destinée à traquer les éléments de « l'État islamique » dans la province. [Photo extraite de la page Facebook du régiment d'urgence de l'Anbar]
Un soldat irakien contrôle les papiers d'un chauffeur de camion à un poste de contrôle dans l'Anbar à la mi-août, dans le cadre d'une campagne destinée à traquer les éléments de « l'État islamique » dans la province. [Photo extraite de la page Facebook du régiment d'urgence de l'Anbar]

Conflits et assassinats secouent les rangs de « l'État islamique » (Daech) dans la ville de Rawa, dans la province de l'Anbar, a indiqué une source locale lundi 21 août.

Ces luttes intestines surviennent dans le contexte des récentes attaques lancées par l'armée irakienne et les combattants tribaux contre les repaires des activistes dans les environs de la ville, qui ont causé de lourdes pertes dans les rangs de ces derniers.

Rawa, qui est sous le contrôle de Daech depuis trois ans, connaît actuellement « de plus en plus de conflits et de désaccords entre les combattants étrangers et leurs pairs irakiens », a indiqué le maire de la ville, Hussein Ali, à Diyaruna.

Ces derniers jours, les commandants étrangers ont exécuté douze combattants locaux près du pont de Rawa, a-t-il expliqué, ajoutant que « la situation sur les lieux menace d'aggraver cette crise ».

L'origine de ce conflit a été la faible réponse des activistes « face aux attaques-surprises et de qualité de l'armée et des forces tribales contre les lignes de défense du groupe autour de Rawa », a-t-il précisé.

Ces attaques, lancées depuis le désert, étaient des incursions de reconnaissance qui ont occasionné de lourdes pertes en vies et en matériels, a-t-il poursuivi.

L'attaque la plus récente a été menée en début de semaine dernière par une force tribale au carrefour de Rawa, causant la mort de onze éléments de Daech et la destruction de deux véhicules et de diverses armes.

Fuite vers al-Qaim, en Syrie

La situation de Daech se dégrade par suite des défaites à répétition que subit le groupe, selon Ali, qui a souligné que ses éléments fuient Rawa et Anah en nombres toujours plus grands et se dirigent vers le district d'al-Qaim, dans l'ouest de l'Anbar, certains même vers al-Raqqa en Syrie.

« Seul reste un petit nombre d'activistes, pour l'essentiel de nationalités étrangères, qui sont des kamikazes », a-t-il ajouté.

La ville est pratiquement vidée de ses habitants, dont la majorité a réussi à s'échapper ces derniers mois.

Il reste une vingtaine de familles dans la ville, a indiqué Ali, qui souffrent du siège exercé par les activistes.

Daech a perpétré d'innombrables abus à l'encontre des habitants de Rawa, a-t-il indiqué, notamment des campagnes d'exécutions de plusieurs chauffeurs de taxi accusés d'avoir facilité la fuite de plusieurs familles.

Samedi 19 août, trois civils ont été arrêtés par le groupe « pour des raisons inconnues », et leur sort reste encore incertain, a conclu Ali.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 0
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha